MonSaint-Siméon Personnalité du jour

Un jeune en ascension: Francis Leduc Savard

FLS1

MonCharlevoix.net se fait un devoir de vous présenter régulièrement de jeunes personnalités du jour. Même si elles n’ont pas le bagage des années pour se raconter, elles sont promises à un bel avenir. C’est le cas de notre personnalité d’aujourd’hui, Francis Leduc Savard.

Il est natif de Saint-Siméon, fils de Claude Leduc et Claudine Savard, qui a longtemps travaillé au Canadian Tire de La Malbaie. Il est fils unique. Au secondaire il s’ investi surtout dans la musique, il chante et joue de la guitare. Il fait partie du projet Dream Teacher et des spectacles de fin d’année. Il fait partie de deux groupes plutôt confidentiels, Denizen qui fait du rock classique et Mindfuck qui évolue plutôt dans le métal.

Il commence à s’impliquer dans le monde politique étudiant durant son secondaire. Il est élu au conseil étudiant en 2012 et il se positionne clairement contre l’uniforme scolaire que veut imposer la direction. Il se considère alors comme un carré rouge. En un midi, il recueille 350 signatures contre le projet. Sa protestation personnelle est qu’il porte le même chandail tout au long de l’année scolaire, ceci étant une des seules façons de s’exprimer. Le morceau de vêtement finit l’année en bien piètre état, mais il portait tout de même l’uniforme prescrit. La direction veut en faire un projet pilote de 5 ans, stratégiquement le but étant de faire en sorte qu’à la fin du délai plus personne ne se rappellerait qu’il y eut une époque sans uniforme. L’année suivante, il a un siège au conseil d’établissement. Il avoue avoir été une vraie tache pour les membres de ce conseil en ramenant à chaque réunion, inlassablement, la question de l’uniforme. Il a réussi à obtenir que les élèves n’aient pas à porter l’uniforme pour la collation des grades.

Il fait ses études collégiales au CECC à La Malbaie, il débute en sciences de la nature mais il déteste ça, il finit donc en sciences humaines. Il siège 3 ans au conseil étudiant et fait partie des Sismiques musique avec les enseignants Gabriel Giguère et Geneviève Laurin. Après son DEC, il fait un BAC intégré en économie et politique à l’Université Laval. Fidèle à lui-même, il s’implique à la CADEUL, l’immense association étudiante de cette université de 40 000 étudiants. Il en devient le trésorier et il mène un nouveau combat. Celui de convaincre les étudiants de voter pour la gratuité des transports en commun pour tous en contre-partie d’une contribution sur les frais d’études qui correspond à un rabais annuel de 50%. Donc tout le monde paye même si tout le monde n’utilise pas les transports en commun de la RTC et de la Société de Lévis. Le taux de participation au référendum est d’environ 50%, un précédent dans l’histoire de la CADEUL.  Plus de 70% des étudiants des cycles supérieurs et 60% des étudiants au BAC appuient la mesure ce qui constitue une belle victoire pour Francis.

Au plan politique, il participe à la commission jeunesse du Parti libéral du Québec et milite aussi au Parti libéral du Canada, ce qui peut paraître surprenant pour un ancien carré rouge. Francis dit qu’il veut s’assurer que les affrontements de 2012 ne se reproduisent pas. Il a commencé des études de 2ème cycle en administration des affaires pour obtenir un MBA.

FLS2

Au plus fort du débat sur le projet du Havre, il a écrit un long texte très fouillé qu’il a publié sur Facebook. Pour le lire, écrivez ce titre dans la loupe de recherche:

Projet du Havre : Quand économie, démographie et politique ne font pas bon ménage

Il travaille maintenant chez Bélair Direct et à 25 ans, il a déjà eu une promotion. Il est conseiller organisationnel, c’est à dire qu’il travaille sur des projets internes, particulièrement informatiques et numériques. Il va sûrement continuer de gravir les échelons car j’ai pu constater une grande maturité, une forte ténacité avec un soupçon de rébellion qui produit la créativité.