Personnalité du jour

Tchernobyl, on arrive

PXL_20210101_222649374.PORTRAIT (002)

Il y a des projets qui sont plus spéciaux et spectaculaires que d’autres, mais qui peuvent être compréhensibles lorsqu’on est passionnés de certains sujets historiques. C’est le cas de Pierre-Luc Rochette et de Marie-Pier Gaudreault.

Pierre-Luc est le fils du pharmacien Claude Rochette qui avait son commerce à  la Clinique Médicale de Baie-St-Paul. Depuis 2008, il a étudié et travaillé dans le domaine de la mécanique automobile chez Hyundai et au Garage Charlevoix.

Son amie, Marie-Pier a ses origines à Clermont. Son père est retraité et se nomme Alain Gaudreault et son grand-père était Cyprien Gaudreault. Elle a étudié en sureté industrielle et elle a travaillé à la Défense nationale. Ce qui l’a amenée à devenir militaire dans les forces de réserve. Elle est actuellement déléguée commerciale au Petit Manoir du Casino et mère d’une petite fille. Pierre-Luc de son côté est papa de 2 ados.

Ils réaliseront bientôt un rêve partagé, soit visiter le site de la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine dont le réacteur numéro 4 a explosé le 26 avril 1986 libérant dans l’atmosphère des doses très importantes de radiation. 200 000 personnes ont dû être évacuées et ce sont 4000 personnes qui seraient décédées dans les heures suivant l’accident. C’est la plus grave catastrophe nucléaire ne s’étant jamais produite.

tch2

 

Donc du 4 au 13 avril prochain, Marie Pier & Pierre-Luc s’envoleront pour l’Ukraine en passant par Paris pour se rendre à Kiev dans la capitale ukrainienne. Même s’il y a un conflit armé actuellement dans le pays, il ne se situe pas dans la région de Tchernobyl. Comme ils s’intéressent à la photo, ils entendent bien documenter leur voyage dans la ville Prypiat où se situe exactement la centrale. Même s’il reste encore des radiations, l’exposition ne sera pas supérieure à 2 ou 3 radiographies pour l’ensemble de la visite. Tchernobyl est abandonné depuis 35 ans mais 400 personnes y travaillent encore, car 3 autres réacteurs sont toujours en surveillance et celui qui a explosé est aussi contrôlé. Comme ils se sont beaucoup intéressés à cet événement historique, c’est comme un pélerinage que fera le couple charlevoisien.

tc2

Toutefois,  ils seront encadrés au sein d’un groupe, ce qui augmentera le niveau de sécurité. Ils auront aussi un guide francophone et ils parlent couramment l’anglais.  On dit que les babouchkas sont revenues dans les villes abandonnées après l’accident et qu’on peut fréquenter le Tchernobyl Café. Pour le moment, la pandémie n’empêche pas le voyage et il n’y a pas de quarantaine en Ukraine.

tc1

Nos futurs voyageurs se disent passionnément curieux. En 2023, le centrale de Trechnobyl sera remise à l’UNESCO qui en fera un mémorial des dangers du nucléaire.