Personnalité du jour

Rémi Giguère est FM Charlevoix, Wassobre et homme de famille

DSC_0627

Rémi Giguère est directeur de la programmation et animateur au FM Charlevoix (CIHO) depuis juin 2018. Son parcours atypique nous montre une personne honnête et déterminée ayant eu à combattre ses dépendances pour devenir l’homme qu’il est à l’âge de 30 ans.

Il est né à Québec d’un père militaire qui a terminé sa carrière comme Général au sein de l’armée canadienne. Il est le plus jeune de 4 enfants, il a deux grands frères et une grande soeur. La famille a beaucoup voyagé, France, Ontario, États-Unis, entre autres. Sa mère, Odette Simoneau après avoir pris soin de sa famille a fait un mandat de conseillère municipale à Québec au sein de l’équipe Labeaume.

Après avoir souvent changé d’école au primaire et au secondaire, Rémi fréquente brièvement le Cégep Limoilou en communication, un domaine qui l’a toujours attiré. Il trouve cela beaucoup trop théorique et il se tourne vers le Collège de radio et télévision de Québec en 2008-2009.

Rémi aime le rap, c’est sans contredit son genre de musique préféré. Il apprécie l’authenticité et la densité de ce style musical de même que l’expression littéraire qu’il permet. C’est aussi un mode d’expression pour dénoncer et revendiquer. À Québec avec 3 complices il a un groupe de rap, l’ArtDFacts, ils ont fait environ 75 spectacles dans des endroits aussi prestigieux qu’au Palais Montcalm, au Capitole et dans le cadre de la Saint-Jean sur les Plaines d’Abraham. Il fait de l’animation bénévole dans les stations communautaires de Québec comme CHIZ, CKRL et CKIA Basse-ville. Sans surprise, il y diffuse de la musique rap.

DSC_0625

Pour gagner sa vie, il travaille en restauration et fait du paysagement pour la Ville de Québec ce qu’il déteste profondément. Un jour, il remarque un poste d’animateur disponible à Baie-Comeau dans une radio commerciale. Le 31 octibre 2011 à 21 ans il devient animateur de soir et de fin de semaine sur la Côte-Nord. Il y restera 4 ans. Peu de temps après son arrivée, le morning man attitré quitte et au tout début de la vingtaine, Rémi obtient un des postes les plus convoités en radio dans une ville d’une certaine importance. Il fait beaucoup de bénévolat et est très occupé notamment avec le Drakkar de Baie-Comeau. Il se fait une blonde à la radio et celle-ci obtient un poste à Drummondville et Rémi retourne à Québec et devient animateur bénévole à CJMD Lévis, une nouvelle radio. En parallèle il travaille comme serveur à la pizzéria Stratos où il avait déjà travaillé.

À ce moment, ses problèmes de consommation commencent à lui peser. Même s’il consommait solidement à Baie-Comeau, il n’est jamais arrivé en retard ou manqué une émission en 4 ans à Baie-Comeau. Parfois, il ne dormait que 2 ou 3 heures. En vieillissant, il est plus difficile de combattre la gueule de bois. De plus, il est malheureux de sa situation professionnelle. Son ancien patron de Baie-Comeau l’appelle pour venir dépanner pour quelques semaines, il accepte et le 2 semaines se transforment en 3 ans.

Il continue à vivre à 100 à l’heure entre autres comme animateur de foule au Drakkar et comme ambassadeur jeunesse de la campagne Centraide, mais le soir seul chez lui il boit et à chaque fois qu’il en a l’occasion en société. Il se fait une nouvelle blonde qui est toujours avec lui aujourd’hui. Le 7 février 2018, ils accueillent un nouveau petit garçon dans la famille. Rémi reçoit un appel d’Alain Dufresne DG du CRTQ qui lui dit qu’il y a un poste taillé pour lui dans Charlevoix comme directeur de la programmation à CIHO. Il obtient le poste à condition qu’il puisse continuer à animer. Il débarque à Saint-Hilarion en plein G7 et est immergé rapidement dans le bain. Il change totalement l’image sonore de CIHO qui devient FM Charlevoix qui diffuse des Montagnes de Hits, les noms des émissions sont également modernisés ce qui donne une image très dynamique à notre station préférée.

DSC_0626

Malgré les déménagements et les changements familiaux, le problème de consommation suit Rémi partout où il va. Il fait quelques tentatives de diminuer ou d’arrêter en solitaire, mais sans succès. Même si à ce moment il considère cela comme de la faiblesse, il va chercher de l’aide auprès de Vision d’Espoir de sobriété à Baie-Saint-Paul. Au début, il souhaite modérer sa consommation, mais force est de constater qu’il n’y arrive pas. Le 30 avril 2019, il prend la décision ferme d’arrête de boire. Il lit des dizaines de livres et consulte des centaines de pages web qui traitent du sujet. Il a 30 ans. Il est vite confronté au tabou ne dire qu’on ne boit pas d’alcool quand on est jeune. Après y avoir réfléchi, il décide de s’ouvrir. D’abord à FM Charlevoix dans le cadre  de la semaine sur les dépendances. Le fait que son collègue Dave est sobre depuis des décennies l’aide à sortir du garde-robe. Son père, militaire retraité, lui offre un livre intitulé ”Le Why Café” c’est un roman, mais ça allume une étincelle chez Rémi pour qu’il aille un peu plus loin dans sa démarche d’affirmation. Une chanson rap germe dans sa tête qui s’appellerait Wassobre. Finalement il démarre un podcast qui parle de son expérience avec l’alcool et les drogues dans une moindre mesure, à raison de deux fois par semaine. Il s’adresse aux jeunes comme lui qui sont démunis et seuls dans cette problématique. Wassobre est né.  Il veut créer un sentiment de fierté, de gang avec des moyens technologiques d’aujourd’hui. Il crée un logo qui représente ses deux mains avec les tatouages inclus. Une page Facebook sert de lieu de rassemblement et d’échange. Il a également écrit un livre qui s’appelle Wassobre, le livre. Il sera publié dans les prochains mois. Tant qu’à faire, pourquoi ne pas créer des produits dérivés pour accentuer la fierté d’être sobre ou d’être supporteur de Wassobre. Il fait d’abord fabriquer 30 casquettes qui s’envolent. Depuis une semaine (17 septembre 2020) il y a une boutique en ligne à wassobre.com

DSC_0623

Quand je demande à Rémi qu’est qui arriverait s’il rechutait, il dit simplement qu’il le dirait, qu’il en témoignerait et qu’il serait transparent. Comme on dit chez les sobres ”tomber c’est humain, se relever c’est divin.”

DSC_0622

Sur le plan familial, Rémi a un bel environnement, une blonde assistante-gérante au Pain d’Exclmation et Léonard un petit garçon de 2 ans et demi. Il a acheté sa première maison à Clermont. Il fait un super travail au FM Charlevoix et Wassobre l’aide à rester sobre et aide sûrement plein d’autres jeunes à avoir une meilleure vie. L’histoire de Rémi me touche particulièrement étant donné que j’ai cessé de consommer il y a 35 ans à l’âge de 25 ans. Cela m’a pris plus d’une décennie à dire publiquement que je ne buvais plus. Je suis heureux de voir que la dépendance à alcool est de plus en plus démystifiée. Longue vie à Wassobre.