Mon Londres Personnalité du jour

Notre personnalité du jour: La ville de Londres

78582865_2889068601155463_370826441249521664_n

Ce que je craignais quand même un peu est arrivé, un attentat terre a eu lieu pendant notre voyage à Londres. Une attaque au couteau au London Bridge qui a fait deux morts. L’auteur, tué par la police, est un Pakistanais comme il y en a des milliers à Londres. Il était fiché et portait un bracelet de contrôle, ça ne l’a pas empêché de tuer. Heureusement nous étions à plusieurs kilomètres de là et nous avons appris l’événement par des messages de personnes de Charlevoix.

Pont de Londres lieu de l'attentat du 30 novembre

Pont de Londres lieu de l’attentat du 30 novembre

Londres ne se résume pas à ça heureusement. Tous les soirs, je lisais l’Evening Standard fondé en 1830 pour savoir ce qui se passait au pays de Boris. Pénurie d’infirmières, coût des stationnements d’hôpitaux, promesses électorales sur fond de Brexit. Londres est tellement gigantesque qu’on ne peut imaginer qu’il y a une Angleterre hors de cette méga cité. Après quelques jours, le système de transport en commun se clarifie et on se plaît à prendre les fameux autobus rouges à deux étages pour aller voir nos attractions favorites. On peut ainsi mieux voir la ville que dans les souterrains du TUBE comme on appelle le métro londonien. Beaucoup de quartiers présentent de l’intérêt et chacun est différent. Candem où a vécu et mourut Amy Whinehouse est un quartier commerçant avec de nombreux pubs et bars et des édifices immenses du 19e siècle

79144851_550042682453691_6461578202895613952_n

Vieille maison au coeur de Londres

Portobello où était situé notre hôtel est vraiment particulier. On dirait une petite ville dans la plus grande avec ses petits édifices colorés et son marché. Tranquille en semaine, c’est l’enfer en fin de semaine à l’approche de Noël, une marée humaine à la recherche du cadeau original sort des entrailles de la station Notting Hill Gate . Des Mercedes, des BMW, des Jaguars, des Range Rover, des Bentley, des Rolls Royce, en voulez-vous?  en voilà. Mais il y a aussi beaucoup de mini Cooper, de Volkswagen et de Toyota Primus. A cause du volant à droite, les changements de vitesse et la manipulation du tableau de bord se font de la main gauche, ce qui est plus difficile pour les droitiers; ce qui me fait prendre conscience, pour la première fois de ma vie, que c’est la même chose pour les gauchers en Amérique. Je n’ai pas vu de bouchons à Londres, la circulation est très fluide partout, faut savoir qu’on doit payer pour rouler au centre-ville, ça explique peut-être le nombre d’autos de luxe. Hyde Park est le véritable poumon de Londres comme Central Park est à New York. En m’y promenant, plein d’images montent au cerveau constituées de concert rock mémorables tout comme sur nos plaines d’Abraham. Les Rolling Stones en 1969 , King Crimson en 1970, Péter Gabriel en 2017 et plusieurs autres. De novembre à janvier c’est le winterland, un parc d’attraction à entrée gratuite (manèges payants) le tout illuminé de façon spectaculaire.

78475839_563122307755739_7940656092281831424_n

La royauté est bien présente surtout pour les touristes, mais n’entre pas au Palais de Buckingham qui veut, on se contente d’observer le changement de la garde à travers les grilles qui gardent l’entrée du domicile de la Reine qui doit gérer ces temps-ci les frasques sexuelles présumées de son fils Andrew ce qui pourrait la mener à une autre annus horribilis des décennies après la mort de Diana.

77158259_2590147944355262_2531198560255344640_n

Parlant de royauté, nous sommes allé chez Harrods, le plus grand magasin de Londres et probablement de l’Europe. Six étages et des kilomètres de boutiques de luxe en tout genre incluant les créations de Stella McCartney  la fille de Sir Paul, Dior, Yves Saint-Laurent et autres. Tout est cher et inaccessible au commun des mortels vous devez être très riche pour magasiner là, on a quand même trouvé le moyen d’acheter un foulard et trois quatre cossins de Noël sans finir comme itinérants l’autre côté de la rue.

77372608_2651964295033827_1768385284421976064_n

La multi ethnicité de Londres est infinie, on y trouve probablement des personnes venant de tous les pays du monde avec une prédominance de l’inde et du Pakistan. Les cousins de Jagmeet Singh sont assez nombreux et souvent assez très sympathiques sous leurs turbans. Beaucoup d’Indonésiens dont les femmes sont très voilées, des Philippins, des Malais côtoient les Jamaïcains et aussi des Français de France. En 7 jours, j’ai vu une seule femme avec le voile intégrale ce qui est très peu pour une si grande ville. Le maire de Londres est musulman et pakistanais ce qui démontre le degré de développement du multiculturalisme. Il était aux premières loges pour condamner l’attentat du pont de Londres commis par un gars de même origine que lui. La fille de la réception de mon hôtel était Bulgare et ressemblait vraiment à une personnage de la famille Adams ou une vampire, teint très pâle et rouge à lèvres couleur sang. Elle a tout laissé dans son pays il y a 3 ans et est arrivée à Londres avec une petite valise. Elle m’a dit être convaincue que son destin est dans cette ville.

Tout comme Paris, Londres c’est la somme de tous ses quartiers, ce qui la rend très agréable à visiter. La Tamise est moins belle que la Seine et elle semble sale et malpropre. Nous ne nous sommes pas aventurés sur un des nombreux bateaux de tourisme qui la sillonne.

Puisque qu’on doit arriver et partir, on a passé par l’aéroport d’Heatrow terminal 5 avec British Airways (moins cher qu’Air Canada). L’aéroport est immense. Il y a littéralement des avions qui arrivent ou partent de vraiment toutes les destinations importantes du monde et ce, nuit et jour sans arret. Les avions se suivent à la queue leu leu sur les nombreuses pistes. Londres a au moins deux autres aéroports d’importance, le plus connu étant Gatwick.

Ce qui m’a plu dans ce voyage est le pouvoir d’évocation de cette ville. Toute ma vie j’en ai entendu parler un peu comme Paris. En tant que grand amateur de musique rock et pop, la plupart de mes artistes préférés sont britanniques et londoniens d’origine ou d’obligation. Quand j’ai parcouru il y avait toujours de la musique dans ma tête. Moyenâgeuse pour la Tour de Londres et Westminster, Amy Winehouse a Candem, les Beatles à Abbey Road, le mouvement punk, les Rolling Stones, Steve Hackett ex-Genesis étaient en show dans le quartier de Hammersmith vendredi dernier, Sir Paul et Sir Elton, the Police et des dizaines d’autres.

Cette ville fut longtemps le centre de la civilisation occidentale, beaucoup plus affairiste que Paris. Le Soleil ne se couchait jamais sur l’empire britannique. Ils ont gardé cette prétention de pouvoir s’arranger seul et que la livre sterling reste leur monnaie. Selon les lectures sur place, le Brexit semble inévitable. Tout comme les Albertains au Canada, les Brits ont l’impression d’en donner plus à l’Europe qu’ils en reçoivent.

Finalement, Londres est une ville très intéressante qui se visite bien en une semaine si vous acceptez de marcher une dizaine de kilomètres par jour entre attractions, métro et autobus. Cher ? Oui à certains égards, mais pas inabordable si on planifie bien.

N’hésitez pas si l’occasion se présente, ce mélange de vieil Europe et de ville ultra moderne se laisse visiter et sans nous charmer, elle nous fait voyager à la fois dans le passé et le futur de l’humanité dans un melting pot culturel ahurissant. London Calling comme chantait The Clash et on va encore à Londres, c’est pour faire du cinéma.