Personnalité du jour

Mon meilleur ami est Alzheimer

prl2

Janvier, c’est le mois de la sensibilisation à la maladie  de l’Alzheimer. Je me sens très concerné par cette cause parce que mon meilleur ami est Alzheimer. Il vient de Clermont et son nom est Pierre-Richard Long. Nous sommes de très grands amis, pratiquement des frères, depuis 48 ans. Nous nous sommes connus à la Polyvalente du Plateau en secondaire 2 dans le cours d’histoire avec madame Jovette. Malcommodes nous étions. Pierre était un hyper actif et moi j’avais un déficit d’attention,  mais personne ne s’occupait de ça dans ce temps-là. Pierre était dans les Cadets et chaque été, il allait à Valcartier pour le camp où il devint officier à la dernière année.

Sa mère est une personne remarquable, aujourd’hui âgée de 92 ans, elle a perdu son mari, Alphonse Long, en 1969. Ils avaient 4 enfants une fille et 3 garçons entre 8 et 15 ans. Raymonde Long a élevé sa famille seule avec courage dans leur maison de Clermont toujours habitée par un membre de la famille.

Madame Long, Marie une amie, Christiane, la fille de Marie, Pierre-Richard et moi à Clermont.

Madame Long, Marie une amie, Christiane, la fille de Marie, Pierre-Richard et moi à Clermont.

Ce ne fut quand même pas facile pour Pierre qui fait des études en électronique au Cégep de Limoilou. Il doit abandonner par manque de fonds. Il faut dire qu’il s’était acheté un système de son de 600$ avec les prêts et bourses et c’est nous qui en profitions. L’été il faisait de bons salaires à la Donohue plus précisément sur les meules et à la dalle à l’eau.

C’était toujours un stress pour les jeunes Clermontois d’être appelés à ces postes le vendredi soir alors que nous prenions quelques bières. Pierre ne faisait pas exception quoiqu’à la différence de moi-même, ce n’était pas un gros buveur. Il m’arrivait très souvent de l’aider à terminer ses 6 bières que l’on prenait avant de sortir. Donc c’était 8-4 pour moi. À ce moment, nous étions co-locataires dans la roulotte de ma tante Madeleine Harvey-Desbiens dans la Côte Bellevue. Lui et son frère Gaétan possédaient un Mercury Cougar 1973, toute une machine. Alors que je me contentais de mon Ford Maverick 74 ou pire encore un Pinto orange 72. C’était les années de folle jeunesse, bientôt obscurcies par le décès tragique d’amis dans des accidents. Ce fut un peu comme la fin de l’innocence et la prise de contact de la dure réalité de la vie qui nous dit que la jeunesse n’est pas éternelle. Nous commencions notre vie adulte sur le marché du travail.

Pierre commence à travailler dans le domaine des caisses enregistreuses, alors dans tous les commerces. Son employeur est Équipements GMM, alors propriété de Martin Bergeron de Rivière-Malbaie. Peu de temps après, Neil Tremblay fait l’acquisition du commerce qu’il possède toujours avec son épouse Johanne. Parallèlement, il s’intéresse au domaine naissant de l’informatique qui deviendra sa passion. Au début, avec un simple Commodore 64, nous explorions le monde fascinant des jeux vidéo. Summer games, winter games. Mario Bros. Donkey Kong et bien d’autres meublent nos temps libres. Pierre, lui, veut toujours aller plus loin pour voir ce qu’il y a derrière ce qu’on voit à l’écran. Il est autodidacte au début et même avant l’arrivée de l’internet, il se branche à des BDS qui sont des réseaux d’abord créés par l’armée américaine et où les férus d’informatique peuvent discuter sur des forums. Pendant des décennies, Pierre a été mon dépanneur informatique. Quand j’avais un problème de logiciel ou de matériel, il ne m’a jamais lâché sans que le problème soit réglé. Ce qui faisait de lui un incroyable technicien, il n’acceptait pas un problème non solutionné.

pl

Vers l’âge de 25 ans, nous partons chacun dans nos directions de vie. Moi avec ma famille et mes 2 enfants ayant totalement cessé de consommer et Pierre déménage à Québec où il rencontre Francine Morin de Saint-Charles de Bellechasse qui sera sa conjointe et amie jusqu’à aujourd’hui. Ensemble ils ont une fille, aujourd’hui dans la vingtaine, nommée Patricia. Il continue de travailler quelques années dans les caisses enregistreuses avant de suivre un programme collégial en réseaux informatiques. Pendant quelques années,  nous nous perdons un peu de vue, chacun à nos occupations professionnelles et familiales. Pierre obtient un emploi au gouvernement du Québec dans les organismes de santé. Un certain moment, il supportera les hôpitaux de Charlevoix en informatique. Il a toujours eu des problèmes de santé et a subi plusieurs opérations. Il a aussi fait une crise cardiaque et combattu le cancer en plus de souffrir de la maladie de Crohn. Sa vie n’a pas été facile, mais il a presque toujours eu une bonne humeur presque qu’inaltérable à l’exception des moments critiques. Nous avons recommencé à nous voir régulièrement à l’occasion de la première venue de Paul McCartney sur les Plaines d’Abraham. Premiers arrivée ou presque, Pierre a fait une crise de panique au moment d’entrée sur le site du show. En 2009, était-ce précurseur de sa maladie ? C’est à son travail que ses patrons se sont aperçus que quelque chose n’allait pas et qu’il devait consulter. Le diagnostic est tombé, Pierre souffre de la maladie d’Alzheimer qui n’est pas encore très avancée, mais il ne peut plus travailler. La vie fait que lui et sa conjointe se séparent et Pierre part vivre en condo près de son emploi à ce moment.  Nous avons fait deux voyages aux États-Unis ensemble, une fois à Washington et l’autre fois à Boston dans sa rutilante Ford Mustang noire 2007 décapotable. C’était au début de sa maladie et cela a été des moments de qualité avant la venue de la maladie.

Je me souviens d’être partie en Afrique peu après avec un livre écrit pour les gens qui sont près des personnes souffrantes d’Alzheimer. Je l’ai lu pendant mon voyage et ça m’a beaucoup aidé à comprendre la maladie qui se développe lentement, mais inexorablement. Pierre a toujours espoir qu’un remède stoppera sa maladie ou même qu’il pourra revenir en arrière.

À l'avant moi et PIerre-Richard aux 50 ans de Gaetan.

À l’avant moi et Pierre-Richard aux 50 ans de Gaétan.

Nous sommes devenus plus proches que jamais. Pour moi pas seulement avec Pierre, mais avec toute la famille. Devenu orphelin, ils sont pour moi une autre famille et je les considère comme frères et soeurs et madame Long, comme une mère. Ce qui nous sauve avec Pierre, c’est l’humour. Nous blaguons beaucoup sur sa condition pour dédramatiser et ça fait du bien. Il ne conduit plus et il habite dans une maison spécialisée de Sainte-Foy. Il ne peut plus rien faire avec un ordinateur et seul son cellulaire lui permet de rester en contact. Il cherche énormément ses mots quand il parle, mais nos conversations sont tout à fait cohérentes quand on prend le temps de bien écouter. Il garde une bonne humeur incroyable, mais peut fondre en pleurs en quelques secondes.

Aujourd’hui Pierre va bien, comme nous tous, et même pire, il est enfermé par la pandémie. L’été dernier, il est venu à Clermont pendant quelques jours, mais il demande une surveillance de plus en plus constante. Il reste Pierre mon ami, avec ou sans Alzheimer.  Je vais continuer de l’agacer parce que je l’aime et je veux le voir heureux. En ce mois consacrée à la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer, j’ai voulu rendre hommage à mon ami qui en souffre et peut-être montrer qu’on peut encore avoir du plaisir et être bien en accompagnant un membre de notre entourage. Je veux profiter à fond des moments qui restent pour dire à Pierre que nous l’aimons et que nous sommes là pour lui……même s’il ressemble à Fernand Gignac.