Personnalité du jour

Le monde autour du feu

DSC_0128

Vendredi soir 18 septembre. à l’initiative de SANA (Service d’accueil des nouveaux arrivants), avait lieu au Parc Pélican à La Malbaie une rencontre amicale entre nouveaux Charlevoisiens et des personnes de la région. Une vingtaine de personnes ont répondu à l’appel du SEMO L’Appui, responsable de SANA.

DSC_0126

C’est un Charlevoix nouveau et jamais vu qui a permis des échanges dans la bonne humeur, dans la découverte de l’autre et de sa culture. Le pays le plus représenté était le Maroc. Deux couples, un enfant, des travailleurs de Résolu, de Mikes et de la Résidence des Bâtisseurs de Baie-Saint-Paul. Des gens avec qui j’ai toujours beaucoup de bonheur à échanger étant donné mes 7 voyages dans ce pays que je porte dans mon coeur. Je fais toujours un peu sensation en sortant la douzaine de mots et expressions arabes que je connais. Pour l’Afrique, la Guinée et la Côte d’Ivoire étaient représentées, un ingénieur chez Résolu et l’épouse de Michel Guay, un Malbéen. Luza Maria Radilla de Pointe-au-Pic représentait le Mexique et se plaisait à discuter avec une jeune fille française de mère espagnole, totalement conquise par Charlevoix qui compte bien progresser dans sa carrière au Manoir Richelieu. Un globe-trotter français, son épouse japonaise et leur enfant travaillant au Castel de la Mer étaient aussi présents. Il y a plusieurs Algériens dans Charlevoix, malheureusement aucun ou aucune d’entre eux n’était présent hier.

De très vieux immigrants sont aussi venus fraterniser. Mon vieil ami Daniel Headrick qui est arrivé dans Charlevoix il y a 45 ans en provenance du nord de l’Ontario fut un pionnier de l’arrivée de personnes d’une autre culture et langue (Ontarienne dans son cas), à s’installer dans le Remous à Saint-Fidèle. Il y a des lustres que Daniel est devenu un total charlevoisien, mais il aime toujours venir accueillir ceux et celles qui, comme lui, ont eu le courage de déracinement.

Patrick Reduron, d’origine lyonnaise et marseillaise est le grand manitou de l’immigration au sein du Carrefour Jeunesse Emploi. J’ai eu la chance de l’accueillir dans la région et de lui donner son premier emploi ici il y a une vingtaine d’années. Économiste de formation, il a démontré sa compétence dans les tâches qui lui ont été confiées.

DSC_0127

L’événement a été organisé par Charline Gagnon du SANA qui crée de telles occasions de fraterniser assez régulièrement. Cela est très important de permettre aux nouveaux arrivants de se rencontrer entre eux et prendre contact avec des habitants de longue date. Espérons qu’encore plus d’immigrants et autres participent à ces événements malgré la COVID. Pour ma part, cela réjouit mon coeur de voyageur et d’amoureux de la diversité culturelle. Cela est tellement jouissif pour moi de discuter du Maroc, que j’adore, avec des gens qui sont originaires de plusieurs villes de ce pays. Et je crois qu’eux sont vraiment contents et fiers qu’un Québécois connaisse aussi bien leur pays. S’il vous plaît, ne soyez pas gêné d’aborder un nouvel arrivant ou arrivante, créez le lien et vous en sortirez grandi. Charlevoix n’a fait que de timides pas vers une société plus diversifiée même si les immigrants français font partie de notre paysage depuis des décennies et qu’ils sont en presque totalité, complètement intégrés.

L’ouverture de Charlevoix sur le monde s’accélère, notamment en raison des pénuries de personnel dans certains domaines. La diversité est une richesse et les enfants n’ont que faire des différences. Si nous voulons collectivement, profiter de cet apport humain qui contribue à notre économie, ça prend des Charline Gagnon, des Ève B. Morin, des Rossetti et des Reduron pour tendre la main à ceux et celles qui nous choisissent. Serez-vous de la prochaine rencontre ? Pourquoi pas?