Mon Pointe-au-Pic Personnalité du jour

B to B : Bellevue à Baie-Saint-Paul pour la designer Andrée Bergeron

AB

Moi et Andrée sommes nés dans le même appartement au pied de la Côte Bellevue à Pointe-au-Pic. C’est-à-dire que ses parents Léopold Bergeron et Rosanne Harvey ont repris le logement que nous avons quitté parce que mon père avait été brièvement transféré à Tadoussac. Un peu plus jeune que moi, Andrée y a vécu ses premières années. Il faut dire qu’à Bellevue on est tous un peu parent, ce qui était notre cas puisque ma grand-mère s’appelait Donalda Bergeron. Tout ce beau monde originaire de Saint-Hilarion quelques générations plus haut.

Toujours est-il que la jeune Andrée a grandit avec ses deux frères Richard et François. Deux ans de piano avec Soeur Carmen mais surtout la chorale le Pointe-Chantante qui l’a fait voyager un peu partout jusqu’en Abitibi à courir les concours de chorales. Soeur Carmen avait de belles ambitions pour ses petits et petites. Un de leur grand succès était ”Le petit grillon”. Lorsqu’Andrée arriva au début de l’adolescence, le fameux appartement du pied de la côte part en fumée et la famille grimpe la Côte Bellevue jusqu’aux origines à côté de la maison du grand-père.  Monsieur  Léopold a été peintre en bâtiment toute sa vie avec son frère Jean-Guy, un duo redoutable pour embellir votre maison. Peut-être qu’Andrée a hérité de cette fibre familiale. Elle a beaucoup pratiqué, et même enseigné le ski alpin de l’adolescence jusqu’à il y a 4 ans au Mont Grand Fonds et au Massif, ce fut un de ses deux sports de prédilection. Elle a étudié en design d’intérieur à Trois-Rivières tout en occupant des emplois d’été au Trois Canards et au Manoir Richelieu comme hôtesse à la salle à manger. Comme la plupart des gens de Bellevue, plusieurs membres de sa famille travaillaient au Manoir, ce lieu faisant presque partie de notre ADN. Au sortir de l’école, elle a été embauchée chez Dama Décor à Place Charlevoix, dont une des propriétaires (ma tante Madeleine) vient de Bellevue. On ne s’en sort vraiment pas.  Cet emploi a duré 10 ans jusqu’au moment où l’entreprise ferma ses portes, ce qui a forcé Andrée à l’exil à Saint-Bernard de Beauce d’où elle avait hâte de revenir dans Charlevoix.

Mais peu avant, on avait trouvé Andrée très impliqué dans l’organisation de l’événement de l’année dans Charlevoix-Est, le bal des Margouilles au profit du Musée de Charlevoix. Elle en a assumé la présidence à une occasion et à un âge relativement jeune. Elle était aussi membre du Club Lions Clermont-La Malbaie-Pointe-au-Pic.

Elle a quitté Saint-Bernard de Beauce ou elle s’est retrouvé à gérer le restaurant Pizza de la Baie. Il faut que la lettre B la poursuive partout. Au bout de 3 ans, elle a renoué avec sa profession chez S. Duchesne qui est devenu BMR et groupe Gilles Jean. Elle y a travaillé pendant 19 ans à gérer le département de décoration intérieure.

AB2

Elle a rencontré son copain actuel, le bien connu, Claude Mailloux, fils du encore plus connu, Raymond Mailloux, ex député et ministre. Le nouveau sport d’Andrée, avec le ski, fut désormais le golf. À défaut d’avoir joué sur le terrain du Manoir Richelieu à deux pas de la maison de ses parents, elle s’est mesurée au Loup, dont le copain est le champion à plus de 20 occasions au grand déplaisir de Dave Kidd et Rémi Couture.

Il y a 4 ans, Andrée a fait un grand virage professionnel pour se retrouver chez Martin Girard Designer. Ce concept de magasin est basé sur le tout inclus pour les projets de constructions ou de rénovations. On part des revêtements de sols jusqu’à l’ameublement. Avec l’effervescence immobilière dans Charlevoix, le travail ne manque pas.

Avec son conjoint et ses amis Gaston Duchesne et Lucille Vandal, ils ont fait quelques voyages de golf pour découvrir les plus beaux terrains du Québec. Ils s’évadent parfois dans le sud, mais le golf n’est pas au programme sauf en Floride.

Parvenue presqu’à l’âge possible de la retraite, ce n’est pas encore dans la mire d’Andrée. Son passage de l’est à l’ouest s’est fait dans l’accueil et l’harmonie et elle est une charlevoisienne à part entière. Sa mère, toujours vivante, habite à La Malbaie, monsieur Léopold, lui,  nous a quitté il y a quelques années. Avec plus de 30 années à décorer des lieux de vie, elle est une vraie spécialiste de la beauté de l’intérieur. Où que vous soyez dans Charlevoix, n’hésitez pas à la consulter, elle est très sympathique. C’est normal, elle vient de Pointe-au-Pic.