Desjardins Personnalité du jour

La fille de l’Isle fait sa marque sur le continent

dh1

Diane Harvey est une vraie marsouine, descendante directe de Sébastien Hervé, qui arrivé de Saint-Martin de Blois en France, fonde sa famille à L’Isle-aux-Coudres. Elle est la petite du magnifique grand Louis Harvey des films ”Pour la suite du monde” de Pierre Perreault. Les envolées poétiques du cinéaste et la vérité de sa caméra ont créé des chefs-d’œuvre auxquels Diane Harvey peut s’identifier. Forte de cette identité pure d’un terroir authentique, elle a poursuivi à sa manière le chemin de ses ancêtres. Son père Gabriel est d’abord homme de goélette pour devenir cultivateur avec son épouse Alfreda Desgagnés, un nom qui a l’odeur des grèves et des marées. Ils ont 5 enfants, 3 garçons et deux filles.

Toute petite Diane apparaît à 3 reprises dans le film “Pour la suite du monde” de Pierre  Perreault que l’on peut visionner sur Youtube.

 

Diane fait son primaire et la majeure partie de son secondaire sur L’Isle-aux-Coudres et son secondaire 5 à La Malbaie. En 1981, elle obtient un diplôme en diététique de l’Université Laval. Elle a déjà rencontré Serge Gauvin, ingénieur forestier qui est toujours son conjoint presque 40 ans plus tard.

Capture d’écran 2020-09-28 à 15.01.43

photo courtoisie

Les emplois dans son domaine sont plutôt rares dans ces années où le chômage est élevé. Ils partent donc dans la Péninsule acadienne d’où est originaire la famille de Serge. Diane entre au service des Foyers de Soins (4) de la Péninsule comme conseillère en diététique. 4 ans plus tard, elle occupe un poste de gestionnaire et en même temps elle est allée chercher un certificat en gérontologie. Elle apprécie beaucoup le temps passé chez les Acadiens où elle retrouve un sens de la communauté semblable à celui de Charlevoix. Elle découvre les saveurs des poissons et des fruits de mer, une révélation pour la fille qui vient pourtant du fleuve. Deux enfants naissent pendant ce séjour et un troisième est en route lorsqu’ils prennent la décision de venir s’installer dans Charlevoix.

Serge trouve sa place dans le domaine de la foresterie jusqu’à créer sa propre entreprise qui est toujours en activité. Diane reprend le collier, d’abord comme enseignante à la commission scolaire et en gérontologie au Cégep. Elle travaille 2 ans à la corporation de développement de Charlevoix-est pour le Service d’aide aux Jeunes Entrepreneurs (SAJE). Elle s’implique déjà activement dans la collectivité comme membre des CA du CLSC de Charlevoix et de SEMO L’appui (CJE).

En 1994, elle est dans l’équipe de démarrage du Centre d’études collégiales en Charlevoix comme conseillère à la formation continue. Elle occupera ces fonctions comme professionnelle et cadre jusqu’en 2017.

En 1995, elle se joint au conseil d’administration de la Société d’aide au développement des collectivités de Charlevoix (SADC). En 2007-2008, elle remplit un intérim d’une année à la direction du CECC. Elle siège aussi au CA de l’Hôpital de Baie-Saint-Paul et de l’Agence de santé de la région de Québec, ce qui fait de Diane une personnalité publique très importante dans le développement social et éducatif de Charlevoix.

Il y a de belles années à la Formation continue dans une alliance cégep-commission scolaire qui avait comme objectif de servir la région plutôt que des intérêts corporatifs auxquels nous sommes malheureusement revenus aujourd’hui. Il se dégageait alors une énergie florissante qui profitait à l’ensemble de la collectivité avec de beaux projets de formation comme la Charpenterie-menuiserie, pâtes et papier et gestion d’auberge, etc.  Diane fait une mission en France pour étudier les Maisons familiales rurales et une autre en Colombie-Britannique pour une formation dans le domaine du ski.

Elle est présidente de la Sclérose en plaques Charlevoix durant deux ans. En 2008, elle débute une implication qui a toujours un impact important sur ses occupations. Elle se joint au conseil d’administration de la caisse populaire de Baie-Saint-Paul, qui deviendra Vallée du Gouffre, à la demande de monsieur Roy. En 2012, elle accède à la présidence qu’elle occupe toujours. Elle est très active dans le mouvement coopératif à l’interne de la Caisse et dans le mouvement Desjardins. Sous sa présidence, l’institution prend de l’expansion dans Charlevoix de Petite-Rivière à Saint-Irénée pour devenir la Caisse du Fleuve et des Montagnes. Desjardins est très impliqué dans le développement régional et cela motive beaucoup Diane. Elle est aussi contente de travailler en concertation avec les deux autres caisses de Charlevoix.

Comme elle aime les gens et qu’elle est à l’aise pour mettre la main à la pâte, elle travaille quelques heures par semaine en cuisine chez ses amis de Chacun son pain.  Elle y côtoie de jeunes ados et a beaucoup de plaisir aux échanges qu’elle a avec eux.

La fille de l’Isle est toujours marsouine, mais elle est aussi loup, co-dinde, capelan et autres noms de chez nous. Car elle se déclare Charlevoisienne, chez elle partout sur le territoire qu’elle a beaucoup parcouru. Elle et Serge ont toujours leur petit chalet au bord de l’eau, au pied du cap de la maison familiale entre Saint-Bernard et Saint-Louis. Elle peut y sentir l’air salin et deviner les effluves historiques de son grand-père Louis, véritable patrimoine de l’humanité. Sans oublier Alexis Tremblay, le grand-père de Francine, qui voulu briser l’horloge grand-père d’un coup de hache (Pour la suite du monde).

Serge le forestier a quelques terres dans Charlevoix, plus particulièrement dans la forêt du Massif où ils ont construit seuls un chalet de bois rond, du bois prélevé sur leur terre en pleine autarcie.

Chalet de Petite-Rivière bâti par Diane et Serge,

Chalet de Petite-Rivière bâti par Diane et Serge,

Grand-maman de 2 filles par Mari-Michèle et 2 autres par François, elle tire une partie de son bonheur de cette belle famille. Samuel qui est ingénieur chimiste travaille chez Chocolat Favoris et a des projets de mariage.

Capture d’écran 2020-09-28 à 15.01.57

avec ses petites filles

Diane Harvey est une figure importante de Charlevoix. Dans l’avenir, souhaitons que nous nous souvenions d’elle et de ses réalisations. L’Isle-aux-Coudres peut être fière de plusieurs de ses filles, Caroline, Annie, Geneviève, Francine, Noël-Ange, etc. Diane a choisi de contribuer à l’avancement de la société par le monde du développement et des affaires toujours d’une façon altruiste. Elle tient aussi à se définir comme une optimiste et j’ai ajouté une positive pour avoir travaillé avec elle pendant plusieurs années.