Paroles d'Harvey

Pourquoi j’ai arrêté Paroles d’Harvey

26603_397081724941_139200564941_5152926_4394086_n

Ceci est mon dernier “Paroles d’Harvey”, chronique d’opinion que je faisais tous les lundis et jeudis jusqu’au début de l’épidémie de la COVID. Ma dernière chronique à ce sujet m’a laissé assommé et je me suis rendu compte que faire de l’opinion dans Charlevoix, c’est pas possible. Je suis une personne sensible, j’ai dû d’ailleurs me battre toute ma vie avec cette hypersensibilité qui m’a poussé plusieurs fois en dépression. Depuis 10 ans, grâce à mes démarches personnelles et à l’aide de la médecine moderne, mon humeur est stable et je fonctionne super bien. Je remercie d’ailleurs le docteur Yannick Camirand qui a su trouver la potion magique qui fait que ma vie est beaucoup plus heureuse et que je n’ai plus de périodes de grandes souffrances morales. J’ai quand fait une belle carrière malgré ce handicap et j’en suis fier.

Ceci étant dit, il m’est arrivé à plusieurs reprises dans la dernière année d’avoir des retours de personnes que j’apprécie en raison de mes chroniques. Parfois je n’avais aucune idée que je pouvais toucher une personne précisément. Faire de l’opinion dans Charlevoix, c’est un sport extrême, on se connaît tous. On doit affronter quotidiennement ceux ou celles qu’on se permet de critiquer et cela crée des malaises pas très bon pour moi. Des politiciens locaux et des gens des médias voyaient d’un mauvais oeil mes chroniques et ils  m’accusaient, peut-être à raison, de faire du journalisme d’opinion tout en étant conseiller municipal à La Malbaie. Je comprend leur point de vue, mais le fait d’être conseiller n’empêche pas d’avoir des opinions. Toujours est-il que je veux travailler et collaborer avec ces personnes et je ne veux pas me les mettre à dos. Il est aussi très difficile de trouver 2 sujets par semaine en plus des 4 personnalités du jour. J’ai présentement d’autres projets et j’ai besoin de me trouver du temps.

De plus, je suis de plus en plus convaincu avec mes observations que nul n’est prophète en son pays et ce sera mon dernier coup de gueule. Nos leaders régionaux, politiciens et cadres, commission scolaire et cégep vont presque toujours chercher l’expertise à l’extérieur comme si dans Charlevoix il n’y avait pas de ressources compétentes pour participer à notre développement. À partir de maintenant,  je vais travailler à renverser cette tendance dans une démarche personnelle.

Merci à ceux et celles qui m’ont lu au cours des derniers mois et je vous invite à lire les “Personnalités du Jour” les lundi, mardi, jeudi et vendredi. Merci aussi à Frédéric, Sébastien et Armande de MonCharlevoix.net