mon Saint-Urbain Personnalité du jour

Comblée à aider les autres

dg

Denise Girard est un pur produit de Saint-Urbain et plus particulièrement du rang Saint-Jérôme dans les hauteurs de la MRC de Charlevoix. Ses parents étaient du même endroit avec une famille de 5 enfants. Malheureusement, son père est décédé en 1972 de la tuberculose alors qu’il travaillait à la mine de Saint-Jérôme. L’aînée de la famille, Denise, n’avait que 9 ans. Sa mère s’est donc retrouvée  seule à élever une famille nombreuse.

Denise Girard a suivi le parcours scolaire des jeunes de Saint-Urbain, soit le primaire au village et le secondaire à Baie-Saint-Paul. Elle a obtenu son diplôme d’infirmière auxiliaire pour ensuite être embauchée à l’infirmerie des Petites Franciscaines de Marie. C’est à l’âge de 16 ans, lors d’un tournoi de balle-molle qu’elle a rencontré l’homme de sa vie. Un beau jeune homme innu, de La Malbaie nommé Jocelyn Bilodeau dit Mingo. C’était un bon sportif à la balle-molle, au ballon-balai et au hockey mousse. Denise a passé toute sa vie jusqu’à maintenant avec Jocelyn, ils ont eu 3 enfants : Kevin, Joannie et Jean-Philippe. En 1986, Denise et Jocelyn se sont mariés et ont fait baptiser Joannie dans la même cérémonie. Le curé n’était pas trop d’accord, mais plutôt que de perdre un couple de mariés, il a accepté. Denise et Jocelyn ont ainsi ouvert la voie à d’autres parents qui avaient le même désir.

La famille Bilodeau Girard

La famille Bilodeau Girard

De 1981 à 1995, elle a pratiqué son métier chez les religieuses. Elle a fait ses débuts comme organisme d’accueil pour une clientèle vulnérable en 1991 comme Ressources Intermédiaires. Elle a quitté son emploi chez les PFM et fut atteinte d’un cancer en 1995 avec récidive en 1998. Pendant quelques années, elle a travaillé comme préposée au CH de Baie-Saint-Paul en santé mentale avant de devenir à plein temps, 24 heures sur 24, Résidence de type familial où elle accueille des personnes ayant des limitations.

Elle s’est impliquée à fond, non seulement dans sa propre résidence, mais également dans les organisations locales et provinciales concernant les RTF (ressources de type familial). Elle est présidente du regroupement de la région de la Capitale Nationale et elle siège à des comités du CIUSSS, comité d’orientation et de formation et des comités ministériels et nationaux, ce qui en fait une personne influente au niveau des ressources d’hébergement. Elle est appelée  à régler les situations des problématiques, entourée d’une équipe sur qui elle compte beaucoup. Ce qui la motive, c’est le don de soi, premièrement dans sa résidence, mais aussi pour ses collègues des autres installations. La COVID lui a donné beaucoup de travail à rassurer des responsables de RTF. Elle donne également à sa municipalité en tant que conseillère municipale. Elle n’est pas une voyageuse, sa principale sortie annuelle est le Festival des Pompiers. Elle a répété à plusieurs reprises, qu’elle n’a pas besoin de plus que ça. Elle s’épanouit avec ses clients, sa famille et ses implications. Récemment, elle a participé à une émission de Radio Canada co-animée par Monic Néron de La Malbaie, le samedi soir à 20 h. Cela l’a rendu un peu nerveuse mais elle est stupéfiée des réactions positives que cela a suscitées. La clientèle est vieillissante et il n’est pas rare qu’elle les accompagne jusqu’à la toute fin. Chez elle, c’est comme une grande famille. Ses enfants ont grandi avec les pensionnaires et l’esprit est très familial. Ils sont fiers de leur héritage autochtone même si parfois ça leur a valu des commentaires blessants. D’ailleurs Jean-Philippe est policier autochtone.

Pas de retraite en vue pour Denise Girard. Sa fierté et celle de Jocelyn sont leur petit-fils de 7 ans. Elle a toujours la passion et sa valeur première du don de soi conduit sa vie. Son bonheur, elle le trouve dans les choses vraies, dans l’être humain. Tant qu’elle se lèvera le matin heureuse de voir sa maisonnée, elle poursuivra son œuvre : donnez un endroit à ceux et celles qui autrement, n’en auraient peut-être pas.