mon Saint-Hilarion Personnalité du jour

Une deuxième chance!

IMG-2018


UNE NOUVELLE VIE DEPUIS 34 ANS !!!

C’est la semaine de la sensibilisation aux dons d’organes, MonCharlevoix laisse la place à Sébastien Audet, co-propriétaire de la compagnie, il avait seulement 8 ans, il nous raconte cette extraordinaire aventure qui lui a sauvé la vie dans le texte qui suit.

 « SOYEZ UN DONNEUR » !

MOI,  « JE SUIS UN RECEVEUR »

J’avais seulement 8 ans, mais je me souviens de tout comme si c’était hier.

 JE ME RAPPELLE ce beau dimanche 03 mai 1987, c’était une belle journée ensoleillée.  D’habitude, on partait en famille faire une petite ballade et là, (on dirait bien que ma mère le sentait) mes parents décident de rester à la maison.

Il était environ 14h :30 et là, on reçoit un appel du médecin lui-même de l’Hôpital Ste-Justine, annonçant qu’on avait un rein pour moi, car l’Hôtel-Dieu de Québec ne fait pas de greffe chez les enfants .

Vous pouvez vous imaginer que c’est la folie furieuse dans la maison, tout le monde pleure de joie, sauf moi, probablement en raison de mon jeune âge.

Comme c’est loin STE-JUSTINE et que les heures comptent, ma mère qui travaillait à l’hôpital de Baie-St-Paul, avait tout organisé pour le transport.  Nous devions se rendre à cet hôpital, l’ambulance nous attendait et le départ avec une personne qui avait été mandatée spécialement pour ce transport “pas de temps à perdre pour se perdre en ville”.

Sur place, à Baie-St-Paul, l’excitation était palpable,  les infirmières et le médecin sur place qui me connaissaient tous étaient très excités et heureux de cette bonne nouvelle.

Et c’est le départ pour le grand Montréal.  Plus je me rapprochais de cette ville, plus je m’éloignais de ma première vie.  En un temps record, nous arrivons à Ste-Justine où des tests supplémentaires sont prévus afin de vérifier à  nouveau la compatibilité DONNEUR-RECEVEUR.

Vous savez pour faire une transplantation,  faut une équipe en forme et bien reposée.  On est en soirée et comme l’équipe vient de terminer une autre opération, on nous annonce que l’opération aura lieu que le lendemain matin.

Et ben là, c’est une foule de questions qui passent par la tête de mes parents.  POURQUOI ??? Est-ce que les tests concluent que je n’ai pas tout à fait la comptabilité ???   BEN NON … l’intervenante rassure et conseille d’aller se reposer, car ce sera DEMAIN.

L’opération se déroule le lendemain, non sans quelques petites complications, mais le chirurgien est confiant et donne la chance au coureur…

Dans les jours suivants, une très bonne décision dit le médecin, car les tests confirment une amélioration grandissante à chaque jour.  Et le PLUS BEAU dans cette aventure, c’est que dû à mon âge et l’éloignement de Ste-Justine, mon entrée à l’Hôpital était prévue en juin pour l’installation nécessaire en vue de  la dyalise péritonéale à la maison…

OUF….  j’en ai échappé tout une…

La famille d’un jeune alors âgé de 16 ans, décédé par suicide, a fait don de ses organes et il était compatible avec moi et j’ai donc SAUTÉ cet étape qui s’annonçait très DIFFICILE  pour une jeune âgé de 8 ans seulement.

Deux semaines à l’Hôpital et mes parents résident au Manoir Ronald McDonald, situé juste à côté, c’est réconfortant.  La famille me rend visite et me comble de cadeaux.  Pour un enfant, les cadeaux, ça mets un baume sur cette aventure.

Le retour à la maison après un mois et c’est la fête avec tous mes amis de l’école.

Capture d’écran 2021-04-20 à 21.22.15

Cette deuxième chance de vie vient avec la prise assidue de médicaments anti-rejet.  Ces médicaments sont là pour cacher au système immunitaire la présence du rein greffé et l’empêcher de rejeter ce cadeau.  Vous comprendrez alors que le système est plus vulnérable et risque de laisser passer d’autres virus. Vous devinez que le coronavirus serait plus grave pour moi et je ne veux pas le croiser sur ma route.

MERCI à mon entourage qui prend toutes les mesures sanitaires et moi aussi, comme un guerrier, je ne baisse pas la garde.

IMG_0064

Comme je l’ai mentionné d’entrée de jeu,  je fêterai mes 34 ans de greffe le 04 mai prochain .  A chaque année, c’est un moment particulier, c’est  le moment de dire MERCI à cette vie que je « nous » souhaite très longue.

Devenez un donneur, dites OUI au don d’organes.

ça sauve des vies, j’en suis une preuve à l’appui

ad5