mon Saint-Aimé-des-Lacs Personnalité du jour

Mary Marleyne ou le besoin d’écrire

DSC_0066

L’auteure Mary Marleyne est née en 1962 à Saint-Aime-des-Lacs au sein d’une famille de dix enfants. Très jeune, elle ressent en elle le goût de raconter des histoires. Malheureusement, elle n’a pas l’occasion de faire de longues études.  Elle élève sa famille toujours habitée du goût d’écrire. Elle travaille quelques temps comme secrétaire, mais elle ne se sent pas à sa place.

Sa vocation se précise

Au début des années 2000, elle fait un pas vers son rêve en s’inscrivant au programme Arts et Lettres du Centre d’études collégiale de Charlevoix. Une période de maladie, où elle voit la mort de près, repousse encore un peu ses projets.  Après ses études, elle acquiert assez de confiance pour se lancer dans l’écriture romanesque. Le cancer d’amies la pousse à donner de l’espoir par ses écrits.

DSC_0074

En 2012, elle auto-publie les “Neuf Muses, trilogie psycho-spirituelle” fantastique qui reçoit de bonnes critiques. L’action se déroule hors du monde réel autour de l’échange Darienne et les neuf muses. Suivra “Gamine” chez la Plume d’or, roman du terroir québécois et finalement “l’Enfant des Bois” toujours chez Plume d’or. Il s’agit d’un roman historique qui débute à la colonisation de la Nouvelle France et qui met aussi en scène les Premières Nations. Afin de respecter la justesse des faits, Mary Marleyne s’est renseignée sur les dates exactes des événements relatés et les faits comme les maladies sévissant à un moment ou l’autre de la colonie.

DSC_0065

Des romans que tout Charlevoisien devrait lire

Certains des romans de Mary Marleyne sont disponibles chez Amazon et Renaud Bray. Elle a un roman terminé en réserve, mais depuis deux ans elle a peu écrit. La famille qui s’agrandit d’un petit-enfant attire son attention. Comme elle a toujours porté en elle ce besoin de communiquer par la littérature, il serait prévisible de la voir republier tôt ou tard. Mary Marleyne auteure de Saint-Aimé-des-Lac ne demande qu’à être découverte par les lecteurs de Charlevoix.