mon Petite-Rivière-Saint-François Personnalité du jour

Herman Charest prend sa retraite et laisse TV-CO en santé

h3

Comme je l’avais deviné Herman Charest est né à Saint-Pascal de Kamouraska. Il y fait ses études primaires et secondaires avec une grande attirance pour les sports. À cette époque, Herman veut devenir professeur d’éducation physique. Il fait un an de cégep à Rivière-du-Loup en sciences de la santé mais il s’aperçoit bien vite qu’il n’est pas fait pour la chimie et la physique. Son prochain choix détermine sa future carrière. Il part pour Jonquière en Arts et technologies des médias (ATM). Ses hobbys le font jouer au hockey Junior B et s’adonner à la danse folklorique. À Jonquière, il est comme un poisson dans l’eau, il a trouvé sa voie et ce, particulièrement dans le monde de la radio.

Premiers emplois d’animateur

Il commence sa carrière à la radio à CFLS à Lévis pendant un an. Comme les jeunes d’aujourd’ui le font, il part en voyage aux États-Unis et au Mexique. De retour à Québec, il va à CHGB 1310 à La Pocatière pour le show du matin sous la direction de monsieur Frève qui était alors propriétaire de la station. Après un an il repart, cette fois sur le pouce. En trois mois et demi, il traverse le Canada jusqu’à Vancouver, descend à San Francisco puis bifurque vers la Nouvelle-Orléans et finalement retour au Québec. Il arrive un peu en retard à son travail sur la rive sud. Monsieur Frève lui offre alors de travailler sur la Rive Nord toujours pour CHGB. C’est son premier contact professionnel avec Charlevoix. C’est le monde à l’envers, Michel Harvey de Saint-Siméon et Jacques Dufour de Baie-Saint-Paul sont la Rive Sud et Herman Charest de Saint-Pascal est sur la Rive Nord. On est aux environs de 1978, il fait la connaissance de Gervais Desbiens qui travaillait alors pour CKRT-TV. Herman fait de l’animation tous les jours de la semaine à 11h à partir du Musée Laure Conan. Il est aussi représentant publicitaire, une fonction qu’il remplira à de hauts niveaux un peu plus tard. À La Malbaie, il découvre le Mont Grand Fonds et le Murray Bay golf club où il développera 2 passions qui l’habitent toujours.

Carrière ascendante à Montréal

Il prend le chemin de Montréal pour booster sa carrière. Il commence par travailler pour des agences de publicité où il fait du placement médias pour de gros clients comme la Banque Nationale. Il y apprend les forces et faiblesses des différents médias. Il se retrouve à la station rock et préférée des jeunes de Montréal CKOI. Son expérience de DJ dans sa jeunesse à Saint-Pascal lui est utile, car à l’époque l’animateur choisit lui-même la musique qu’il fait tourner.

Il effectue une réorientation de sa carrière en rejoignant Canadian Broadcast Sales qui est une agence de publicité nationale qui travaille sur des campagnes publicitaires de première importance. Ses clients sont justement des agences de publicité. Comme il se retrouve au niveau national, les apprentissages de son voyage sur le pouce à travers le Canada lui rendent beaucoup service. Herman est alors à la mi-trentaine. Il est nommé directeur des ventes locales (Montréal) avec le bureau chef à Toronto.

webHerman Charest_MG_2395 copy

CHRC sans André Arthur

Le réseau CORUS, présent partout au Québec, lui confie la direction nationale de ses ventes. Il monte à partir de 0 son équipe et son réseau de ventes. Après un certain, le retour aux sources se fait sentir et il devient DG de Corus à Québec de 2005 à 2010 avec les stations CFOM 102,9 , CKOI FM (Québec) et le très connu CHRC sans André Arthur. Il s’est fait demander continuellement de ramener le controversé animateur mais il n’a pas cédé. C’est alors qu’il dirige ce réseau qu’un ami l’amène à Petite-Rivière-Saint-François, c’est le coup de foudre, entre autres, pour le Massif qui est un peu plus haut que le côte des chats à Saint-Pacôme. Les deux centres de ski se font pourtant face ou presque.

h2

 

La résurrection de TV-CO

Herman est aussi un photographe aguerri en HD, 360 degrés et ultra Haute définition. Charlevoix est inspirant à souhait pour pratiquer ce hobby. Un jour un ami lui dit que CIHO se cherche un directeur général. Ne voulant pas déloger Gervais, il fait quelques recherches et voit que c’est plutôt TV-CO qui est en recrutement. Il envoie son cv et sans aucune surprise avec un tel bagage, il obtient le poste. Il prend une station dans le rouge financièrement, en perte de crédibilité populaire avec des équipements désuets. Il se donne un plan d’action en 5 points:

1- Rétablir la crédibilité

2- Redresser les finances

3- Gérer le déménagement du vieil hôpital à Maison Mère

4- Se doter d’équipements HD

5- Diffuser en HD

Il s’était donné 4 ans pour le réaliser, ça lui en a pris 6, mais TV-CO est remis sur les rails et a un nouveau directeur général en la personne de Martin Ouellet. C’est mission accomplie pour Herman Charest. Il peut maintenant se la couler douce sur les allées du Loup ou sur les pentes du Massif. Après une carrière bien remplie au sein des médias, il peut se consacrer entièrement à ses passions.

h5