mon La Malbaie Personnalité du jour

Sauvé par Saint Frère André

opp3

André Larouche de La Malbaie, connu comme Barabbas dans la Passion. La méthode religieuse lui colle bien parce qu’il a consacré une bonne partie de sa vie à Saint Frère André, autrefois le simple Frère André de son vrai nom, Alfred Bessette. À 83 ans, il est dans une grande forme intellectuelle, maniant l’humour et la dérision avec art et sympathie. D’entrée de jeu, il m’a raconté une anecdote avec l’abbé Jacques, oncle prêtre de mon épouse, qu’il appréciait beaucoup parce que son sermon durait 2 minutes et se résumait à : l’enfer est rouge et le ciel est le bleu.

La dévotion d’André Larouche date de plus de 70 ans. À l’âge de 5 ans il a souffert de fièvre typhoïde. Un panel de 3 médecins le déclare condamné à la mort ou de séquelles irréversibles. Sa mère qui était très croyante a décidé de frotter sa tête avec une image du Frère André; 5 jours plus tard, la fièvre était disparue et il était de nouveau un petit garçon en santé. Bien sûr, à cet âge il ne s’est pas rendu compte de ce qui s’était pensé. Ce n’est que plus tard dans des circonstances dramatiques que sa foi a dû s’affermir.

Comme jeune adulte, il a fondé une famille de 3 enfants, Brigitte, Marc et Steeve. Le 14 octobre 1966 alors que le gouvernement vient tout juste d’instaurer le système de transport scolaire, la petite Brigitte se rendait tout près à son école, elle avait 5 ans et demi. Le chauffeur d’autobus ne l’a pas vu et l’a écrasé avec son autobus, elle est décédée sur le coup. C’est un choc énorme chez les Larouche, un drame inqualifiable. La vie a cependant dû continuer. À 20 ans, il était dans les assurances et il a commencé à joindre des images du Frère André avec ses contrats à ses clients. Il a lié une relation privilégiée avec le Père Albert Bleau de l’oratoire Saint-Joseph qui a duré toute sa vie, car il s’approvisionne là en médaille et autres objets religieux. Lorsqu’il a touché le tombeau du Saint à l’Oratoire, il a senti une grande chaleur dans sa nuque. Le Frère André est décédé en 1937.

Steeve, André et Marc Larouche à Rome en 2010

Courtoisie Maarc Larouche

La dévotion de notre personnalité s’est très fortement incarnée dans sa présence auprès des patients de l’hôpital de La Malbaie. En 1982, le Pape a béatifié le Frère André, étape préalable à la canonisation. André Larouche était fébrile de se rendre à Rome pour assister à l’événement. Malheureusement il est tombé malade et a dû subir une opération au foie, ce qui n’a pas ébranlé sa foi, puisqu’il a été opéré le jour même de la béatification avec bien en place, une image du Frère André sur son ventre. Il s’est rendu compte que certains malades hospitalisés n’avaient  pas de visite alors que lui en recevait plein dont des femmes et des enfants. Dans sa tête, sa dévotion s’est précisée, il allait visiter les malades de l’hôpital et leur parler du Frère André en leur donnant de petits objets à l’effigie du Saint qui furent conservé par le  docteur Bélanger, chirurgien. Pendant son séjour à l’hôpital, il avait même eu la visite du Cardinal Roy ce qui avait beaucoup impressionné les autres malades.

Par la suite, lorsqu’il le pouvait, il se rendait tous les soirs à l’hôpital pour visiter les malades. On l’appelait souvent la nuit. Il avait son propre local pour ranger ses choses et parfois rencontrer des patients pour de l’aide spirituelle. Il a eu un peu le rôle d’un aumônier. Il était  aussi souvent le confident des médecins, car ce sont des humains et c’est loin d’être toujours facile. En 2010, avec ses fils Steeve et Marc, il s’est rendu à Rome pour la canonisation de Saint Frère André, un grand événement pour celui qui lui a consacré sa vie. Une nouvelle mission a germé dans son esprit, celle de doter chacune des paroisses de Charlevoix d’une statue de Saint Frère André. Il en a déployé 33 sur le territoire charlevoisien incluant les CHSLD.

Courtoisie Marc Larouche

Courtoisie Marc Larouche

Récemment, il a témoigné devant les séminaristes futurs prêtres du Grand Séminaire de son parcours de vie dans la foi. Comme tout se passe en ZOOM c’est ce qu’il a utilisé pour émouvoir ces jeunes religieux en plein de Saint-Joseph.

On peut être sceptique face au phénomène des miracles de la foi, mais j’ai quand même reçu personnellement un témoignage d’une personne que je considère crédible qui a très bien réussi en affaires et avec un talent artistique. Cette personne m’a raconté à deux reprises avoir été bénéficiaire d’un miracle par l’entremise d’André Larouche et Saint Frère André. Alors qu’il était considéré comme incurable et sans espoir, il a recouvré la santé de manière très improbable. Il est personnellement convaincu qu’André Larouche a été l’intermédiaire entre lui et l’au-delà et que d’une certaine façon il lui a sauvé la vie. Cet homme est toujours vivant aujourd’hui.

Saint Frère André décédé en 1937 Courtoisie Marc Larouche

Saint Frère André décédé en 1937
Courtoisie Marc Larouche

Le monde d’aujourd’hui fait moins de place à ces phénomènes, mais ce n’est que la première fois dans les milliers de générations d’humains qu’on met de côté l’aspect spirituel pour une partie des habitants de la terre. Des histoires comme celle d’André Larouche magnifient le rôle de la foi comme outil de solidarité. Quoi qu’on pense de la religion, cet homme a fait oeuvre admirable et à 83 ans il continue toujours.