mon La Malbaie Personnalité du jour

Pour l’avenir de ses huit enfants

albert

Albert Chiasson est bien connu dans Charlevoix-Est, il s’intéresse à la politique municipale depuis de nombreuses années d’abord à Clermont et maintenant à La Malbaie ou il a été candidat conseiller à plusieurs occasions. Mais la vie d’Albert est loin de se limiter à cet aspect de la vie.

Jeunesse et rédemption

Il est né à La Malbaie, dans ce qu’on appelait la route de sable, issu d’une famille très nombreuse, fils de Roland Bilodeau et Jeanne-D’Arc Villeneuve. Il prend cependant le nom de famille du conjoint de sa mère. Enfant turbulent, il ne fait pas de très longues études. Il est conscient que les gens de son milieu sont jugés à cause des familles nombreuses parfois dysfonctionnelles mais il reste très fier de ses origines et de ses parents. Dès l’âge de 11 ans il fume et consomme de l’alcool. À l’adolescence il connaît des ennuis avec les autorités et il quitte pour la grande ville. Il conçoit un premier enfant alors qu’il n’est âgé que de seize ans. Il retrouvera la première de ses huit enfants qu’en 2009 alors qu’elle est déjà mère de deux enfants. Depuis ce temps ils font partie de la famille au même titre que les autres. Au début de la vingtaine, il revient dans Charlevoix avec son épouse de l’époque et son premier né, Mikael. Il a déjà beaucoup consommé et souhaite mener une vie plus enrichissante. Il fait quatre thérapies de rétablissement avant de cesser de consommer. Il se joint alors au mouvement des Alcooliques Anonymes qu’il continue de fréquenter plus de 30 ans plus tard. Il se consacre à construire une famille nombreuse, sept autres enfants s’ajoute au fil des ans et plus tard quatorze petit-enfants et il n’a que 57 ans. Dans Charlevoix il fonde Action Sobriété et collabore beaucoup avec Vision d’espoir et de Sobriété à Baie-Saint-Paul entre autres avec le regretté Oxyle Fortin. Il retourne vivre à Montréal où il se forme comme préposé aux bénéficiaires et travaillent dans les hôpitaux. Il se sépare de son épouse et devient père monoparental de sept enfants.

Charlevoisien dans ses tripes

En ville, il côtoie plusieurs personnes dans ses démarches de sobriété, c’est ainsi qu’il devient un bon ami de Jean-Roch Simard, le père de René et Nathalie. Il sera un ami de la famille jusqu’au décès de Jean-Roch. Il ne fait pas son deuil de Charlevoix, il revient s’installer dans Charlevoix avec toute la maisonnée et devient entrepreneur en construction pendant quelques années. Il ne se sent pas tout à fait dans cet élément parce qu’il préfère l’humain. Il complète une formation en massothérapie qu’il avait commencé au début des années 90. Il fonde L’Essentiel massothérapie sur la rue Saint-Étienne. Il exploite également quatre logements en formule Air’B’N’B. Il est un habitué des réunions du conseil de ville de La Malbaie et il pose des questions sur plusieurs dossiers qui lui tiennent à coeur et particulièrement les taxes municipales. Il a posé sa candidature deux fois comme conseiller et il n’a pas obtenu beaucoup de votes. Sa page Facebook et les réseaux sociaux regorgent de commentaires disgracieux à son égard. Quand on lui demande comment il réagit devant ces désaveux il répond que l’important pour lui est d’exprimer ses convictions.  Mais par dessus tout ce qui le motive ce sont ses enfants. D’abord ils sont fiers du franc parler de leur père et il agit par espoir qu’ils puissent vivre dans Charlevoix dans un milieu stimulant et avec de bons emplois. Depuis vingt et un an avec sa conjointe actuelle, il brûle toujours d’un feu altruiste car il n’a pas de méchanceté. Authentique il dit ce qu’il pense sans véritable agressivité. Il rève de la séparation du Québec car il ne croît pas au Canada. Il est un père de famille avant tout, un citoyen engagé en second, un homme abstinent d’alcool et un Charlevoisien dans ses tripes.