mon La Malbaie Personnalité du jour

Philippe Asselin: Entrepreneur et skateur

pa4


Phillipe Asselin est né à Québec. Il est le fils de Marc Asselin du Café Chez Nous à Pointe-au-Pic. Il passe son enfance à Sillery, plus particulièrement dans le cap de l’Anse aux Foulons.  Les transports scolaires et municipaux ne se rendent pas jusque chez lui. Au secondaire, il doit faire le trajet à pied jusqu’au Collège Saint-Charles Garnier. Il s’aperçoit très vite que le déplacement est facilité avec une planche à roulettes communément appelée skateboard. Il devient très vite un passionné de cette activité qui est en train de devenir un sport reconnu. Il pratique aussi plusieurs autres sports dont le hockey, il s’aligne pour les Gouverneurs de Sainte-Foy pee-wee, mais l’encadrement trop serré ne lui convient pas.

pa7

La Mecque du skate à Québec durant ces années est le magasin EXO situé dans Saint-Roch. Propriété d’une vieille famille originaire de l’Inde, le magasin offre tout ce dont a besoin un  skateur partant de la planche elle-même et tous ses accessoires aux vêtements de skate et à tous les accessoires nécessaires à la consommation de marijuana et ses dérivés. Philippe, qui n’est pas tant attiré par la drogue, commence à traîner chez EXO pour s’imprégner de la culture du skate et pour rencontrer des jeunes qui partagent la même passion pour ce sport. À 15 ans, Un jour  où il est dans la boutique, le patron lui demande à brûle pour point s’il veut travailler dans le commerce immédiatement. Philippe accepte volontiers et pour les années suivantes, il préparera les planches vendues en collant de l’antiadhésif et en installant les systèmes de roulement.

Capture d’écran 2020-06-25 à 17.42.34

Philippe et son frère Justin chef au Colorado

Philippe et son frère Justin chef au Colorado

L’été, il prend la direction des États-Unis pour aller retrouver son père, d’abord à Boston, ensuite à San Francisco et finalement à San Diego. Aux États-Unis, il fait du baseball et du surf, mais c’est le camp de skate du YMCA de San Diego qui deviendra son alma mater. Il fait quand même un camp de baseball avec Curtis Swanberg, un lanceur des Angels de la Californie. Les entaîneurs de skate remarquent ses qualités et il les secondera pour entraîner les plus jeunes.

En skate, chacun a son style. Il s’agit d’abord de se servir de ses pieds et d’une planche pour se rendre du point A au point B. Mais entre les deux, il peut y avoir une grande variété d’obstacles tels que des rampes, des escaliers, des glissoires, des pentes etc.) La première figure apprise par tous est le Ollie qui consiste à propulser sa planche dans les airs et de retomber dessus. Pour le reste, chacun trace son chemin et pour devenir champion, cela demande beaucoup de travail et de pratique. Même si la culture du skate est souvent associée à la consommation de marijuana, pour réussir à être performant, il vaut mieux se tenir à distance des paradis artificiels.  Il y a plusieurs courants comme les punks avec des studs et les cheveux colorés, les rappeurs avec le fond de culotte aux genoux et de très grand t-shirts et les straight qui prennent le skate au sérieux. Philippe fit plutôt partie de la dernière catégorie. Le plus connu des grands skatteurs est Tony Hawk qui a son propre jeu vidéo d’une immense popularité. Un des meilleurs au monde s’appelle Pierre-Luc Gagnon, un Québécois avec qui Philippe a skaté.

Sous l’égide d’EXO, il commence à faire des tournées à travers le Québec pour participer à des événements spéciaux comme l’inauguration de skate parks. Il sera d’ailleurs  présent à celle du premier skatepark de la Ville de La Malbaie. Il visite plusieurs régions pour apporter une version positive de la pratique du skate.

Après 8 ans chez EXO, Philippe traverse chez son compétiteur DLX, situé à Sainte-Foy. Même s’il n’a pas eu de grosses blessures autres que des entorses et des foulures, à 27 ans une cheville ne suit pas. Il n’y a plus de cartilage entre le pied et le tibia. Cela sonne l’heure du retour à l’école pour Philippe. Il entre à Laval en Sciences de la Consommation, un programme relativement nouveau. Très rapidement il se lance en affaires. Avec un associé, ils démarrent Véli coursier, un service de livraison avec des véhicules 100% électrique. Avec deux autos et trois vélos électriques, ils parcourent les rue de Québec pour du courrier d’avocats, des cellulaires oubliés, des montages-démontages de fleurs. Il fait cela pendant un an alors que l’entreprise a 7 employés.

pa14

Il se concentre sur une autre entreprise, MonQuartier en boîte qui est la livraison de boîtes repas dans les entreprises. C’est aussi un site internet qui regroupe 150 entreprises qui offrent 450 produits. Puisque son projet est de reprendre le commerce familial dans Charlevoix, il vend ses parts le 12 mars dernier et le 13 mars les ventes de l’entreprise explosent à cause de la pandémie et de la fermeture des restaurants.

Philippe ne regrette rien. Il est installé au Grand Fonds avec son amie Catherine qui travaille à l’hôpital de La Malbaie en radiologie. Marc Asselin réalise son rêve de passer la main à un de ses fils. Philippe est maintenant responsable des opérations du café, un commerce qui roule beaucoup. Marc supervise plutôt les services externes comme la gestion de l’immeuble et le futur kiosque de fruits et légumes. Le confinement terminé, le Café chez Nous est de nouveau sur les rails avec en très grande partie la même équipe que par le passé. Le skate est derrière, mais sa pratique lui a fait vivre de belles aventures ce qui démontre que lorsqu’on prend quelque chose avec sérieux, on peut y trouver de grandes satisfactions. Comme son grand-père et son père, Philippe a l’ADN de l’entrepreneur, il gère le Café Chez Nous dans la continuité sachant qu’il a une recette gagnante. Venez y faire un tour et vous serez charmés.

pa16