mon La Malbaie Personnalité du jour

Nadine Dufour a beaucoup de savoir

nd1

Harold Dufour et Yvette Labrie (récemment décédée) ont élevé une grande famille de 7 enfants dans le haut de la Côte Bellevue à Pointe-au-Pic. Quatre garçons et trois filles  constituaient le noyau familial. Madame Labrie était originaire de Bellechasse et M. Dufour travaillait à Bell Canada, d’ailleurs ses garçons ont suivi ses traces en travaillant pour la même compagnie. La plus vieille de ses soeurs, Carole, a fait carrière dans le monde de la télévision et du cinéma et Annie est avec son conjoint Dominique, les propriétaires de Truchon toujours à Pointe-au-Pic.

Comme la plupart des jeunes filles de ce village, elle a chanté dans la chorale La Pointe Chantante de Soeur Carmen Gravel (alors appelée soeur Diane). Avec ses amis(es) de la Côte Bellevue comme Luc Samama et Caroline Desbiens, ils jouaient beaucoup dehors à plusieurs sports improvisés comme le drapeau et le bat roulant. Elle faisait aussi du vélo et de la balle molle non organisée. Tous les étés, son camp de base était à la piscine du Manoir Richelieu où les gens de la place, particulièrement les jeunes, pouvaient aller à un prix abordable. L’hiver, c’est au Mont Grand Fonds où elle passait beaucoup de temps. Elle a aussi pratiqué un peu le golf et le tennis avec sa cousine Pascale Forgues. Au secondaire, elle était très active dans le conseil étudiant, elle y a monté les échelons jusqu’à devenir présidente de l’école en secondaire V.

À l’étape du cégep, c’est en administration qu’on la retrouve à Garneau, mais ce sont les communications qui l’ont attirée et ça passait pour le cégep Limoilou et l’Université Laval. Elle a finalement trouvé sa véritable voie avec la sociologie, car ça touchait beaucoup d’aspects de l’expérience humaine. Quand elle revenait à La Malbaie, c’est au restaurant Chez Roland où on pouvait la retrouver comme serveuse. Tradition familiale oblige, elle a aussi travaillé pendant 4 étés chez Bell Canada en planification de réseaux. Elle aussi eu un emploi étudiant au Ministère des Transports du Québec.

Avec son conjoint, ils ont déménagé dans la région de Montréal. Nadine a d’abord commencé en faisant des études de marché et des sondages avant d’avoir un contrat de 6 mois au Journal des Affaires où elle produisait des contenus graphiques pour les journalistes. Malheureusement, le projet a pris fin et Nadine a dû repartir sur le marché de l’emploi jusqu’au Théâtre Espace Go une institution montréalaise existante depuis 30 ans. Elle a travaillé à la planification stratégique de cet organisme culturel ce qui a été une belle incursion dans les enjeux du milieu artistique montréalais où il est très important de se démarquer.

En 1997, elle a rejoint le dirigeant de PIXCOM, Jacquelin Bouchard, qui est aussi son beau-frère, comme adjointe à la direction. Elle est alors exposée à tous les aspects du monde de la télévision, cette entreprise étant probablement le plus producteur de contenu télévisuel au Québec pour toutes les chaînes majeures. Les 3 premières années, elle a pris beaucoup d’expérience comme adjointe et elle est passée à la direction des communications. C’est elle qui montait tous les dossiers de presse pour émissions ou les séries, elle rédigeait les résumés des épisodes et organisait les lancements de presse.

NadineDufour-PhotoOfficielle-81770

Elle avait souvent l’occasion d’aller à Télé-Québec sur la rue Fulum et de fil en aiguille, au fil des projets communs, elle s’est retrouvée au département de relations publiques et de presse chez le diffuseur public québécois. Elle est chargée de tous les événements publics et les lancements de presse. Il n’y avait pas une semaine sans un événement qu’il fallait organiser avec une petite équipe. Elle rédigeait aussi les textes pour les journalistes et préparait le rapport annuel.

Ce fut aussi l’arrivée des nouveaux médias qui est tombé sous sa responsabilité. Elle a dû développer une stratégie numérique pour Radio Québec avec un site pour la station et un site particulier pour chacune des émissions. La diffusion en ligne devenait une tendance impossible à ignorer. L’aventure a duré 8 ans.

Avec l’expérience qu’elle avait acquise, PIXCOM l’a rapatrié pour son département tout neuf des nouveaux médias. Des fonds étaient disponibles pour des projets numériques et la demande explosait. Elle a engagé une équipe en plus de travailler avec des firmes externes et des pigistes et ils ont fait beaucoup d’innovations particulièrement pour les émissions jeunesse dont des applications mobiles.  Ce fut le déploiement des web-séries comme la BRIGADIÈRE avec Valérie Blais. On parlait d’une dizaine de ce type de productions par année pour différents réseaux. L’ÂGE ADULTE est un autre exemple des projets sur lesquels Nadine travaille. Ce fut des succès instantanés, les prix se sont accumulés, et même une nomination aux Emmy Awards aux États-Unis.

20181217-SavoirMedia-NADINE-8716 (002)

Après cette période intense, Nadine s’est octroyé une pause de quelques mois. Au terme de cette période, Savoir médias (ancien Canal Savoir) est en réflexion et en restructuration, Nadine a décidé de relever le défi de la direction générale dans un organisme en décroissance, sans budget conséquent et à l’avenir menacé. À son arrivée, elle s’est entourée d’une équipe aguerrie en télévision et a attaqué la mission de la station qui est de transmettre des connaissances. Cela a fait 2 ans le 1e avril. Elle a établi beaucoup de collaborations notamment avec les câblodistributeurs qui diffusent les émissions de Savoir Médias. Une grande tournée des cégeps a été faite pour positionner Savoir Médias qui s’est remis sur les rails. Bien sûr, la pandémie n’a pas facilité les choses puisque le télétravail prime ce qui n’est pas très pratique en télévision.

Nadine n’a pas oublié Charlevoix et elle se sent chez elle chaque fois qu’elle arrive en haut de la Côte Saint-Antoine à Baie-Saint-Paul. Ils sont deux à ressentir la même chose puisque son conjoint est un gars de La Malbaie nommé Sylvain Simard, architecte. Elle vient voir sa famille dont la plupart des membres sont à La Malbaie. Finalement, beaucoup des professionnels de la télévision, originaires de Charlevoix, ont passé par TVC-VM et TV-CO. Nadine a suivi une autre voie, mais a pu réaliser de beaux accomplissements qui nous donnent encore une fois l’occasion d’être fiers des gens de chez nous.