mon La Malbaie Nos Charlevoisiens Personnalité du jour

Aldo Flores Sevilla de Chicoutimi là là

DSC_0072

Né à Lima, il quitte son pays pour la sécurité

Aldo Florès Sevilla est péruvien. Il est né à Lima au début des années 60. Son père etait comptable et sa mère à la maison. Les sud-américains portent les deux noms de leurs parents. Il fait des études catholiques étant donné que la religion joue encore un grand rôle dans les anciennes colonies espagnoles. À l’Université catholique qu’il fréquente à partir de 17 ans, règne un climat de tension et de violence larvée. Le Sentier lumineux, guérilla maoiste de Guzman s’oppose aux partisans du MRTA (droite) que supporte Aldo.

Beaucoup d’étudiants sont armés sur le campus.

Aldo y restera quand même 5 ans et deviendra économiste. Il a cependant toujours eu une passion pour la cuisine.

Mais au Pérou, un homme qui aime faire la cuisine est considéré comme ”marika”. Dans cette société encore très machiste, on identifie les cuisiniers aux homosexuels.  Il travaille aussi dans un restaurant à Lima où il fait tout, de la plonge au service, mais il y confirme la passion qui l’anime toujours.  Il se marie et devient père d’une petite fille nommé Sheila. Il monte une petite entreprise avec sa soeur, mais le climat politique est tellement tendu qu’il préfère vendre et quitter son Pérou pour New York où il s’installe dans à Brooklyn.

Aldo au Pérou avec sa famille

Aldo au Pérou avec sa famille

Repas en famille à Lima

Repas en famille à Lima

New-York, pour le meilleur et pour le pire

Il est embauché au Time Cafe, un restaurant de 300 places en plein coeur de Mannathan. Son patron qui est Colombien lui paie d’onéreux cours de cuisine, car il décèle en lui un cuisinier de talent. Il arrive au boulot à 6 heures le matin et repart en après-midi. Il travaille à cet endroit pendant dix ans. Un événement tragique marque son passage à ce retaurant new-yorkais de la rue Lafayette. Le 11 septembre 2001, un premier avion frappe une tour du World Trade Center. À un kilomètre de là, Aldo, ses collègues et les clients du restaurant regardent la scène à la télévision, tout s’arrête. La poussière commence à envahir les rues. On ferme toutes les portes et fenêtres du restaurant. Toujours à la télé, un deuxième avion s’incruste dans la deuxième tour. La ville de New York est complètement paralysée. Les principales lignes de métro s’arrêtent quand les tours s’effondrent et que l’électricité est coupée. Le restaurant commence à servir du café et de la nourriture aux premiers secours, pompiers et policiers et aux gens bloqués par la tragédie. Plusieurs pompiers meurent étouffés ou épuisés par le poids de leur équipement.

Aldo dit ne pas avoir eu peur de mourir, il rentre chez lui à Brooklyn à pied à partir de 20h30. Douze heures après les évènements, les transports en commun n’ont pas repris.

Il-y-a-10-ans-les-attentats-du-11-Septembre

Aldo se sépare de son épouse qu’il avait mariée au Pérou et fait la connaissance de Deicy Mesquitez. Elle aussi a une histoire particulière puisque son premier mari, un juge, a été enlevé par la guérilla colombienne des FARC. Sa famille se réfugie au Canada et Deicy, qui est psychologue, trouve un emploi dans Charlevoix. Aldo devient son mari et il devient cuisinier. Après quelques expériences à la Pinsonnière et dans un autre restaurant, il entre au service du Café Chez-nous de Pointe-au-Pic, il y est toujours 14 ans plus tard. Il se fait rapidement des amis. Très catholique comme la plupart des latinos, il est près des prêtres de La Malbaie dont plusieurs sont originaires de la République Dominicaine.

Sheila, la fille d'Aldo

Sheila, la fille d’Aldo

DSC_0072

Aldo et son ami Pierre Tremblay de La Remontée

Aldo s’est aussi le père, le parrain ou le grand frère de la majorité des latinos et latinas de Charlevoix. Il se fait un devoir de les accueillir pour aider à leur intégration. C’est aussi l’occasion de parler sa langue, car c’est difficile pour lui d’apprendre le français malgré d’énormes efforts. Il a trouvé sa place autant avec les Québécois qu’avec les mexicains et américains du sud. Il est chez lui dans Charlevoix. Il ne veut pas du tout retourner au Pérou où restent un frère, une soeur, une mère malade de l’Alzheimer et un père remarié et éloigné.

Cuisinier par passion

Il adore toujours faire la cuisine et il est probablement un des cuisiniers les plus rapides et efficaces de la région. Il sert jusqu’à 260 déjeuners en cuisine aidé de l’équipe du Café. Sa fille Sheila est maintenant avocate à New York. Elle est venue passer Noël ici il y a quelques années. Il lui parle par internet sur une base très régulière. Il est retourné faire un tour au Pérou l’an dernier, pour la première fois depuis plus de 10 ans. Il a visité l’ancien curé de La Malbaie Juan Thomas devenu supérieur de sa congrégation en République Dominicaine. Ce qui le chagrine un peu est de vivre seul dans son grand appartement, mais il tient à remercier tous ses amis et la gang du Café Chez Nous, car il a trouvé dans Charlevoix une nouvelle famille.

75543460_3235072959868164_3175918832657104896_n

Aldo et Tina Boulianne il y a plusieurs années

DSC_0069