mon Isle-aux-Coudres Personnalité du jour

Marc-André Bergeron: accueilli à bras ouvert à l’Isle-aux-Coudres

mab2

Il arrive souvent que les gens qui travaillent s’y sont retrouvés par les hasards de la vie ou en fonction des emplois disponibles, surtout dans Charlevoix. Ce n’est pas le cas de Marc-André Bergeron qui a consciemment choisi ce secteur d’activités pour y faire carrière. Tout comme André Simard dont nous avons parlé récemment, notre personnalité est originaire de Ville La Baie au Saguenay. Son père travaillait au moulin à papier, aujourd’hui complètement disparu et sa mère avait un emploi à l’hôpital de La Baie. Dès son plus jeune âge, Marc-André jouait au restaurant. Il s’imaginait déjà en train d’exercer un métier où le contact avec la clientèle est prépondérant.

Il a fait de la troupe de la Fabuleuse histoire d’un royaume comme comédien bénévole pendant 7 ans. Il répétait 2 jours par semaine toute l’année et il jouait une quinzaine de rôles dans les nombreux tableaux qui constituaient le spectacle. Chaque été, il participait à 30 représentations. Cela lui a permis d’occuper des emplois d’été dans l’organisation de La Fabuleuse, entre autres à la billetterie.

Après une première année de cégep non concluante en sciences pures et humaines, il est allé vers son intuition de base en s’inscrivant en Techniques de gestion hôtelière au Collège Merci à Québec. À cette époque il occupait des emplois en mercerie pour hommes à La Baie et à Québec. Ce fut les derniers qu’il occupât hors de l’hôtellerie.

Son premier emploi costaud fut au restaurant gastronomique Champlain au Château Frontenac. Pendant 7 ans, il devenait de plus en plus compétent dans son domaine et on a commencé à lui confier des postes de gestion comme superviseur de l’économat. C’est-à-dire tout ce qui touche à la plonge, au service de traiteur et autres fonctions hors de la salle à manger. En 2008, lors du 400e de Québec, il a supervisé les opérations des restaurants du Château Frontenac.  Lors de la période de rénovation de l’hôtel, il a quitté pour tenter une nouvelle expérience à l’Hôtel La Ferme à Baie-Saint-Paul où il a dirigé la restauration pendant un an et demi.  Il s’est trouvé un chez-soi aux  Éboulements, dans un rang, où il peut relaxer tranquille du travail intense en tourisme. Lorsque la famille Germain a acheté l’hôtel, ils ont fait une restructuration et Marc-André a dû se trouver un autre emploi et ce fut à la réception du Manoir Richelieu qu’il a passé quelques mois.

mab1

En 2016, les nouveaux propriétaires de l’hôtel Cap-aux-Pierres à L’Isle-aux-Coudres ont fait appel à ses services comme directeur général. La  famille Merle des Isles a investi pour retaper l’établissement avec 52 chambres de type motel et 46 chambres en hôtel. En haute saison, Marc-André dirige une soixantaine d’employés, la plupart sont des gens de l’Isle qui y travaillent depuis longtemps.

Prix remis par Jean Soulard.

Prix remis par Jean Soulard.

L’ambiance est définitivement du type familial et Marc-André se sent chaleureusement accueilli par les gens de la place. L’été dernier, la clientèle était essentiellement Québécoise à cause de la pandémie mais en temps normal l’hôtel accueillait beaucoup d’Européens. L’établissement est fermé l’hiver.

mab6

 

Marc-André est bien installé dans un hôtel chaleureux et avec une équipe du tonnerre. Il retourne de temps à autre au Saguenay voir ses parents et sa soeur plus jeune que lui. Il a trouvé sa place dans Charlevoix dans un établissement qui n’est pas sans avoir une certaine parenté avec La Fabuleuse. On ne peut que souhaiter que l’été qui vient permette la reprise des opérations dans de bonnes conditions pour Marc-André, son équipe et bien entendu les propriétaires.

Avec Guy Rousset et la famille Merle de l'Isle.

Avec Guy Rousset et la famille Merle de l’Isle.