mon Clermont Nos Charlevoisiens Personnalité du jour

Monsieur Télévision, Luc Gaudreault de Clermont à Montréal !

luc 1

Luc Gaudreault est né à Clermont il y a 55 ans. Son père Antonio Gaudreault a été maire pendant de nombreuses années. Sa mère se nommait Jeannine Tremblay. La maison familiale, aujourd’hui vendue, était située au bas de la côte des Sheehy. M. Gaudreault était un maniaque de golf à une certaine époque deux 18 trous et parfois un 9 dans la même journée et le jeune Luc suivait le paternel. Sans en être heureux, une blessure de son père mettra fin à l’intensité de la pratique de ce sport ce qui faisait l’affaire du seul garçon des cinq enfants de la famille.

Luc fait son primaire à Clermont et son secondaire à la Polyvalente du Plateau. Il part ensuite étudier au Cégep de Jonquière et sa vocation commence à se préciser. Même s’il a travaillé en télé toute sa vie, ce n’est pas en Arts et technologie des médias qu’il étudie mais bien en électronique. Durant ses études, il travaille à la sonorisation, à l’éclairage et à la scénographie de la salle François Brassard située au Cégep. Le coup d’envoi de sa passion pour la technique de scène était donné. Il rêve de travailler en télévision. Il déménage à Montréal, il pose sa candidature à Radio Canada et il est immédiatement engagé entre autres grâce à ses contacts étables à la salle du Cégep. Il y restera 32 ans. La première année et demi, on l’assigne au télésouffleur c’est-à-dire qu’il s’assure que les lecteurs de nouvelles ont toujours le bon texte devant les yeux au bon moment. Ce n’est pas encore sa passion, mais il reste après les heures de travail, il vient les fins de semaine pour voir travailler ses collègues et surtout les aiguilleurs car c’est le poste qu’il rêve d’occuper. L’aiguilleur est celui qui contrôle ce qu’on voit à l’écran par le choix des caméras à mettre en ondes, les effets spéciaux. Il travaille en étroite collaboration avec le réalisateur. La carrière de Luc était lancée. Il a travaillé sur tous les grands événements de Radio Canada : Le Match des étoiles, l’heure G avec Gaston L’Heureux, les Gémeaux (19 fois), l’ADISQ (13 fois), 7 ans aux nouvelles avec Bernard Derome, La Fureur, 7 ans de soirée du Hockey, les Olympiques et Tout le Monde en parle pendant 15 ans. D’ailleurs Guy A. Lepage lui a rendu hommage en ondes lors de sa retraite. L’émission qui lui a donné le plus grand défi et le plus d’adrénaline est la diffusion en direct du Grand Prix de formule 1 de Montréal à travers le monde pour 2 milliards de téléspectateurs avec 36 caméras et 4 réalisateurs. Par contre, il n’aime pas travailler sur les téléromans (il a fait Bouscotte) parce qu’il trouve ça ennuyant. Luc fait partie de l’équipe du studio 42, le grand studio de Radio-Canada. C’est un groupe tissé serré qui relève de grands défis comme une émission spéciale à 48 heures d’avis avec l’orchestre symphonique de Montréal lors du tsunami au Japon.

Luc est un très grand passionné. Il s’est investi à fond dans son métier, des semaines de 80 heures et des semaines sans congé. Il adore ce qu’il fait. C’est un innovateur, il apporte toujours des nouveautés, il est à avant-garde. Les réalisateurs veulent tous l’avoir dans leur équipe. Mais tout ça n’est possible que dans la mesure ou son employeur lui permet d’expérimenter. Il ne tarit pas d’éloges à l’endroit de Radio-Canada qui est, selon lui, le meilleur milieu de travail en télévision. Beaucoup de liberté permet l’innovation et Luc carbure à la nouveauté.

A 55 ans, il décide de prendre sa retraite n’ayant plus la sensation d’être ‘’challengé’’ et de tomber dans une certaine routine. Il est un skieur aussi passionné et il vient de se remettre au golf. Ainsi il habite Saint-Agathe des Monts où il fait des travaux de construction sur sa maison. Il est le conjoint de Michelle Tremblay, de La Malbaie ex-TVC VM, journaliste à La Semaine. Ce sont deux personnes de Charlevoix qui ont fait leur marque dans le monde des médias nationaux comme quoi tout est possible pour les Charlevoisiens.