mon Baie-Saint-Paul Personnalité du jour

Marc-André Savard carbure à l’énergie et à la créativité

mas2

Les origines familiales de Marc-André sont un mélange de Charlevoix-Est, Lac Saint- Jean et Baie-Saint-Paul, mais il est né et il a vécu la majorité de son existence à Baie-Saint-Paul. Son père, Ovide Savard vient de Port-au-Persil et sa mère d’Alma.  Avec ses deux frères, il a grandi dans le quartier Fillion. Déjà durant son enfance, il avait une attirance naturelle vers les arts. Il a commencé par le dessin au crayon de plomb, ce qui a entraîné une blessure lorsqu’il s’est entré une mine de crayon dans le pied. Les dessins ont été rapidement remplacés par les bandes dessinées, les caméras vidéo et le tournage de fausse publicité. La musique faisait partie de l’univers créatif  de Marc-André, surtout comme fan et organisateur de concerts. Ses goûts touchaient particulièrement la musique assez agressive dans le style punk hardcore. Il s’agissait d’une forme d’art qui prend tout son sens en concert avec un haut niveau d’énergie et une connexion directe entre les musiciens et leurs publics.

Concert de punk hardcore

Concert de punk hardcore

À  14 ans, il a commencé à assister à des shows, particulièrement à Québec. À Baie-Saint-Paul, c’était à Forum Jeunesse qu’étaient présentés les spectacles mais Marc-André trouvait qu’il n’y en avait pas assez et il a décidé d’en organiser lui-même. Il était en secondaire V à cette époque. Il a programmé un groupe hardcore de Montréal qui s’était acheté un Econoline très usagé pour descendre à Baie-Saint-Paul. Il préférait l’étage supérieur du local de Forum Jeunesse ou une centaine de personnes pouvaient prendre place avec une bonne énergie propre au punk.

mas3

Il a quitté pour le Cégep d’Alma, pays de sa mère, avec 3 autres gars de Baie-Saint-Paul.  Il étudiait en Arts et technologies informatisés. Comme les blondes étaient dans Charlevoix, l’ennui les a vite rattrapé. Il a continué d’organiser un show par moi à Forum Jeunesse tout en faisant des petits boulots au Pierre Narcisse et au McDonald avant d’entrer comme employé à Forum Jeunesse. Des groupes de Charlevoix comme Dissidence et El Pornos pouvaient amener des spectacles de qualité. D’autres comme Les Ordures Ioniques ou Surcharge faisaient le bonheur des jeunes punks locaux. On peut dire qu’on était dans la genèse de ce qui allait devenir le Woodspunk. D’ailleurs, Marc-André a travaillé sur ce festival marquant de Baie-Saint-Paul pendant 5 ans. Cela est devenu son job d’été pendant qu’il étudiait au Cégep Sainte-Foy en design graphique.

mas4

Il a commencé sa vie professionnelle en graphisme chez GRAFIKAR à Baie-Saint-Paul mais l’aventure montréalaise lui tentait principalement parce qu’il voulait poursuivre sa passion et voir un maximum de spectacles. De fil en aiguille, il a commencé à écrire des revues des shows auxquels il assistait. Les publications Bang Bang et le très connu journal Voir le payaient en billets de spectacle ce qui faisait son affaire puisqu’il en voyait 3 ou 4 par semaine. Il  s’intéressait également au monde de la publicité ce qui lui a fait compléter un certificat en publicité à l’université de Montréal. Pendant 5 à 6  ans, il était graphiste de jour, journaliste rock de soir et étudiant entre les deux. Sur le plan personnel, sa blonde venait du Bas-Saint-Laurent ce qui leur faisait faire des allers-retours très régulier vers Saint-Jean-de-Dieu près de Trois-Pistoles.

Un stage chez Cosette à Québec s’est transformé en emploi à plein temps, plus proche à la fois de Baie-Saint-Paul et des Basques. Depuis 7 ans, Marc-André est concepteur publicitaire dans la plus grosse compagnie de marketing et publicité du Québec. Il participe directement à l’élaboration des concepts pour des clients comme Élections Québec et la CNSST, entre autres.

J’ai connu Marc-André très récemment parce qu’il travaille actuellement sur un projet de livre sur les belles années musicales de Charlevoix. Comme j’avais vécu plusieurs expériences il y a autour de 40 ans, j’avais quelques anecdotes à lui raconter. Pour sa part, son livre sera plus spécifique aux années 90 et à de la musique plutôt énergique du style punk ou heavy metal.  Il s’intéresse cependant à plusieurs genres de musique. Il est maintenant père d’une petite fille, il a acheté une maison mais il est toujours habité par sa passion envers le monde du spectacle. J’ai bien hâte de pouvoir lire ce livre dont la date de sortie n’est pas déterminée, il en sera de même pour beaucoup de personnes qui ont vécu la belle époque qui a précédé l’arrivée du Festif, qui s’est construit d’une certaine façon sur les solages coulés par les Woodspunk.