Gens de chez-nous mon La Malbaie

Sweet daddy

lharvey

Lucien Harvey naît en 1915. Il fait partie d’une famille de commerçants très connus de La Malbaie. C’est dans le monde des affaires que ce dernier fait sa marque en reprenant l’usine de boissons gazeuses de son père, Dorvil. Les fameuses liqueurs Harvey, particulièrement la liqueur aux fraises et le cream soda font encore titiller les papilles des plus vieux d’entre nous.

liqueur

Il siège au premier conseil d’administration du Musée de Charlevoix en 1975. Mais surtout il est maire de La Malbaie pendant 16 ans de 1970 à 1986. M. Harvey était toujours tiré à 4 épingles et avec style. Un foulard en lieu et place de la cravate lui donnait une personnalité particulière. Sous sa gouverne on a assistait au développement du quartier du Plateau et du Plateau joyeux avec l’arrivée de la Polyvalente du Plateau. Il habite le site de l’ancien Manoir Seigneurial de La Malbaie au temps de la famille Gray. Pendant ces 16 ans, ce sont 15 conseillers et conseillères qui se succèdent dans ses 5 mandats. Il avait succédé lui même à Paul X. Laberge et il est remplacé par madame Claudette Bergeron.

plaberge

Paul X. Laberge

cbergeron

Claudette Bergeron

En raison de son style vestimentaire, les gens de la place, toujours un peu influencés par les estivants américains , lui donnent le surnom de Sweet Daddy. M. Harvey était un golfeur régulier du Murray Bay. Chez les caddies, on se passait le mot pour demander un coke au restaurant du 9. Dans le cas contraire la paye était moins bonne. M. Harvey faisait partie de ceux qui payait 4$ pour un 18 trous plus une liqueur Harvey ou un Coke au 9. Il n’était pas très populaire chez les caddies qui préféraient les ”bonhommes” plus généreux, c’est à dire qui payait 5$.

Lucien Harvey a contribué à faire de La Malbaie une ville moderne avec la construction du Boulevard de la Comporté, considéré à l’époque comme une avancée considérable pour la Ville. La population a pu augmenter avec de nouvelles familles grâce au développement du secteur du Plateau qui se poursuit toujours aujourd’hui.

Il est à l’origine également de l’implantation des HLM sur le boulevard Kane et était en poste à la mairie lors de la création du comité inter-municipal de La Malbaie et Rivière-Malbaie pour la gestion de la station de ski du mont Grand-Fonds et lors de la mise sur pied du comité inter-municipal pour l’enfouissement sanitaire. Comme il a été élu pendant 16 ans, il faut comprendre qu’il était apprécié de la population. (Hebdo Charlevoisien)

Il s’est éteint en 2008, à l’âge de 93 ans laissant dans le deuil, son épouse Claire Boivin et sa fille Hélène.