Gens de chez-nous Mon Pointe-au-Pic

Charles-Eugène Rochette le bâtisseur

CH2

Natif de Pointe-au-Pic en 1922 d’une famille bien en vue qui comptait le médecin ORL Marcellin Rochette, père de Pierre Rochette. La famille pouvait faire instruire les siens, c’est ainsi que Charles-Eugène devient ingénieur à une époque où ceux-çi ne couraient pas les rues.

Il débute sa carrière à La Malbaie, comme ingénieur municipal, avant d’y créer son propre bureau-conseil en 1953. Dix ans plus tard, il s’établit à Québec où il dirige sa propre firme d’ingénieurs et Les Laboratoires sanitaires de l’Est Inc. En 1967, il fonde l’entreprise qui allait devenir, 25 ans plus tard, l’une des plus importantes firmes d’experts-conseils au Québec.

Fondateur du Groupe conseil Roche, dont il est le président du conseil d’administration depuis 1980, qui n’existe plus ayant été abondamment nommée à la commission Charbonneau bien après le décès de monsieur Rochette qui ne cachait cependant pas ses accointances avec le Parti Libéral du Québec. Il a permis à des dizaines de Charlevoisiens de travailler dans leur domaine dans une grande firme d’ingénierie,  car il était très important pour lui d’encourager les jeunes Charlevoisiens. D’ailleurs Michel Labbé de Baie-Saint-Paul deviendra éventuellement PDG de la firme Roche.

Charles-E. Rochette apporte un concours bénévole à de nombreuses institutions charitables, sociales, culturelles et sportives, tant au Québec que dans sa région natale de Charlevoix. Mentionnons la vice-présidence de la Ligue anti-tuberculeuse de Québec, à partir de 1972, la présidence de la division industrielle de Centraide, pour l’Est du Québec, en 1982 et 1983 et la Société d’arthrite dont il a été administrateur depuis 1983.

Fidèle à son Alma mater, il fut, de 1985 à 1987, vice-président, pour la région de l’Est, de la campagne de financement de l’Université Laval avant d’en être le président en 1988-1989.

Amateur d’art, il contribue à faire connaître les peintres québécois au pays et à l’étranger. Il fut notamment l’instigateur de l’Exposition de peintres québécois qui s’est tenue au Château Bagatelle à Paris en 1991. Il a présidé la campagne de financement de la Villa Bagatelle de Sillery en 1987 et est administrateur de la fondation de l’Opéra de Québec depuis 1983.

Il a présidé la Fondation du Centre hospitalier de La Malbaie depuis 1985 et la collecte pour la restauration de l’Église de Pointe-au-Pic en 1992. Membre du Conseil d’administration du Murray Bay Golf Club, il a aussi participé activement à toutes les campagnes qui ont marqué le développement socio-économique de Charlevoix pendant une trentaine d’années.

ch4

En 1990, l’Association des Anciens de Charlevoix reconnaissait ses mérites en le désignant parmi Les Grands de Charlevoix. En 1992, la Chambre de Commerce de Charlevoix-Est lui remettait le Méritas Excellence pour souligner son exceptionnelle contribution au développement de la région. Il a également obtenu l’Ordre National du Québec dont ce texte est inspiré.

M. Rochette était une personne accessible et sympathique près de ses compatriotes charlevoisiens. Il a été propriétaire fondateur de Télé-Cables Charlevoix dans les années 60 qui a permis l’addition de chaînes de télévision aux 2 seules auparavant existantes. Après quelques années, il a passé la main à un jeune entrepreneur nommé Gilles Banville. Sa famille possède encore un chalet au grand lac Nairne ou M.Rochette passait beaucoup de temps en été. Joueur de golf, mais aussi amateur du social qui entoure ce sport, il était un habitué du Murray Bay jusqu’à la fin de sa vie où il était atteint de la maladie d’Alzheimer. Comme Martial Asselin, il reconnaissait son monde et s’intéressait toujours au nouveau qu’on pouvait lui raconter.

Il est décédé en 2002 à l’âge de 80 ans.

*Une bonne partie du texte est tirée du site de l’Ordre national du Québec.