mon La Malbaie Personnalité du jour

Voici le «Hors-Série» de Michel Couturier

copie maire

Êtes-vous inquiet de ce qui se passe ces temps-ci entre la Chine et les É.-U. ? « Mon père dirait: ce qui ouvre un jour va se refermer. Quand on ouvre trop un jour ça se referme, l’humain refait toujours les mêmes choses donc un jour ça va se placer. C’est sûr que le radicalisme est inquiétant, le protectionnisme extrême aussi. La politique faite avec les médias sociaux aussi est inquiétante, les gens se permettent n’importe quoi, ils vident toutes les émotions n’importe quand, souvent sans réfléchir. Ça devient parfois hyper violent envers ces hommes et ces femmes politiques. Il n’y a pas beaucoup de retenue et ça, c’est déplorable.»

Vivez-vous bien avec ce qui se dit sur les médias sociaux? «Oui assez bien, dans une optique ou il faut se tenir un peu loin de ça, ne pas trop regarder tout ce qui se dit. Moi je me base encore sur «parler aux gens», à les rencontrer en face à face. Les opinions, même si les gens sont en désaccords, sont beaucoup plus réfléchies. Parfois les gens ne mesurent pas leur propos dans des situations où ils parlent en non-connaissance de cause. Je prends l’exemple de la peinture de l’Hôtel de Ville; ce soir-là, j’arrivais du cabinet du premier ministre pour défendre le dossier du Casino et il n’y avait aucun commentaires dans les articles des médias à cet effet, mais plutôt sur le fait de peinturer la bâtisse qui reste de l’entretien. Il y a eu une centaine de commentaires souvent tous plus durs les uns que les autres».

Et j’en suis M. le Maire, j’en suis un des détracteurs qui ont commenté en n’étant pas en pleine connaissance de cause. Moi aussi j’ai commenté que la rue Saint-Étienne avait l’air d’un champ de bataille et que l’argent aurait dû y être investi avant que l’Hôtel de Ville se refasse une beauté. Soit dit en passant, une semaine après cet incident les travaux sur cette même rue commençaient… Je ne m’embarquerai pas dans une justification à n’en plus finir, mais je vous dirai simplement ceci par rapport à cela: en discutant avec M. Couturier, j’ai réalisé que ce n’est pas un projet que l’on fait en claquant des doigts. Il y a un budget qui vient des plus hautes instances qui elles décident de quand et comment tel ou tel truc sera fait. La Malbaie c’est très grand et les choses ne se font pas exactement comme chacun le voudrait confortablement assis dans son salon. Il y a un temps pour chaque chose.

«Nous sommes en train de préparer un plan d’urbanisme pour que les gens réfléchissent au développement de leur centre-ville.

Mais bon pour un citoyen qui ne sait pas toutes ces informations et qui, comme mentionné plus haut, n’est pas en pleine connaissance de ces faits, il est facile de cracher notre venin sur les médias sociaux, beaucoup plus facile que d’essayer de comprendre. Je suis un des premiers à commenter des publications en ne me posant pas les questions; est-ce que je suis en connaissance de cause? Suis-je juste dans mes propos? Est-ce que cela peut-être blessant? Je m’en suis rendu compte dernièrement, oui en parlant avec notre maire, mais également après avoir commenté une photo de Céline Dion qui à mon avis était d’une maigreur à faire peur. En réfléchissant bien aux portées de mon geste, j’ai recherché l’article et mon commentaire (pendant longtemps…) et je l’ai retiré. Qui suis-je pour placer un jugement, alors que je ne connais pas la personne et toutes les variables du pourquoi et du comment? Alors je vous dirai ceci sur cela: la prochaine fois que l’on commentera quelque chose, peut-on prendre le temps de se poser ces questions avant d’y déverser le karma de notre mauvaise journée?

Le maire se fait rassurant, la façon de communiquer avec les citoyens sera améliorée; «Il faut apprendre à mieux communiquer, tous les cadres ont un intérêt nouveau à mieux renseigner les gens sur ce qui est fait, sera fait, le pourquoi de, etc. Il y aura probablement quelqu’un à la Ville qui sera engagée pour ça. Dans les 5 dernières années, il y a eu 22 millions d’investis en immobilisation à La Malbaie. Le centre-ville s’en vient, le Mont Grand-Fonds, les bassins d’épurations de Saint-Fidèle sont sur la table, la réouverture du quai de Pointe-au-Pic aussi est en court de route, le Havre (la stratégie sera revue, mais le projet n’est pas mort), l’hôpital, le casino, etc. Il y a de belles choses qui s’en viennent, mais il y a certains dossiers qui nous font mal aussi».

Permettons nous donc de remercier nos élus, de leur rendre justice à la hauteur de leur dévouement pour la qualité de notre milieu de vie, de notre région.

Ici Ken Brockman.

 

Pour ceux et celles qui ont manqué l’article sur M. Couturier, cliquez ICI

 

Texte et photos: Jean Berg