mon La Malbaie Personnalité du jour

Remercions haut et fort nos super-héros sans masque, nos enseignants. (Karine Simard)

DSC_0283 2

Il y a certains métiers que, même à gros salaire, je dirais non merci. Le métier de professeur en fait partie. Professeur au secondaire? Je ne me rendrais même pas au mois de septembre! Aujourd’hui, dans le cadre de la semaine des enseignants, j’ai eu la chance de rencontrer une enseignante qui manie toutes mes incapacités au quotidien. Mais qu’en est-il des 51 autres semaines de l’année? Mon Charlevoix.net veut savoir; nous sommes donc allés au front, là où la magie s’opère.

Je dois dire que je trouve ce métier très noble, partager le savoir, ce n’est pas rien.

DSC_0289

 

Mme Simard et moi avons un point en commun, nous aimons les Skittles! D’ailleurs, elle utilise ce délicieux bonbon pour comparer ses élèves. « Ils sont tous différents, chacun a une couleur, une saveur différente ».  Elle me livre qu’une des choses qui la passionne le plus dans son rôle quelque peu maternel, est la relation qu’elle entretient avec plusieurs d’entres eux. Comme elle est la seule enseignante de musique de la Polyvalente, plusieurs élèves arrivent à ses côtés à partir du secondaire 1 jusqu’au secondaire 5. « Ils arrivent, ils sont tout petits et je les vois grandir, ils évoluent à mes côtés. C’est extrêmement gratifiant de pouvoir vivre cela ». Elle en revoit à l’occasion même après la fin des études secondaires. « Ils viennent prendre un café, on jase! »

DSC_0295 2

Souvent à cette époque tumultueuse de la vie qu’est l’adolescence, nous sommes en rébellion contre la société, on emmerde tout le monde quoi! Nos parents sont bien les dernières personnes à qui l’ont a envie de se confier. Nos amis ne sont peut-être pas d’une grande écoute et d’une grande compréhension de nos problèmes fondamentaux non plus. C’est là que ces femmes et ces hommes peuvent intervenir. Et je suis convaincu qu’ils le font. Cette dame le fait en tout cas.

DSC_0297

À l’école, les émotions fusent de partout. Le corps change, les pensées se bousculent en même temps que notre envie de devenir adulte; nous vivons la crise d’adolescence, voilà tout. Il lui arrive de voir des élèves en train de pleurer. Et ce n’est pas juste les filles qu’elle retrouve larmoyantes, ce peut être également le grand Jack de 6 pieds. La prof que j’ai rencontrée est cool.  Elle sait se faire douce et être à l’écoute lorsque le besoin se fait sentir. Elle sait comment intervenir, comment dealer avec ces jeunes pleins d’hormones. Elle le fait depuis 19 ans. Juste un petit : hey, ca va? peut ouvrir la conversation. Nos enseignantes, enseignants, ne sont pas seulement des gens qui donnent des devoirs, nous disent de jeter notre gomme et d’arrêter de passer des tits papiers à Keven dans le fond de la classe. Ces gens font une job difficile, ils sont fidèles au poste tous les matins et prennent leur rôle au sérieux. Ils éduquent, conseillent, désamorcent des problèmes qui parfois auraient pu dégénérer sans leur intervention. Et, soit dit en passant, je ne crois pas que tout cela soit dans leur description de tâches! Ils le font parce qu’ils aiment ce qu’ils font et ils savent qu’ils peuvent faire une différence. Cela n’est pas toujours facile de rester professionnel, de garder les problèmes personnels à la maison et vice-versa. Comme son conjoint le dit si bien: « Il faut être fait fort pour partager sa conjointe avec ses élèves 11 mois par année ».

DSC_0269 2

Mesdames, messieurs, remercions haut et fort ces super-héros sans masques ni costumes loufoques. Montrons à ces gens, qui forment les futurs citoyens de notre société, que nous les apprécions! Et bien, il m’a réellement fait plaisir de vous avoir présenté Mme Karine Simard, enseignante d’harmonie à la Polyvalente de la Malbaie.

Félicitation pour votre excellent travail!