mon La Malbaie Personnalité du jour

Claudia Boudreault, マルベとゆず寿司の持ち主 (propriétaire du Yuzu Sushi à La Malbaie)

fefefefe

Claudia Boudreault est copropriétaire du Yuzu sushi avec sa sœur Isabelle. Elles fêtent leur 1ère année de service!

sctey

Comment s’est déroulée cette entrée en jeu? «Très bien, nous avons eu une belle réponse des gens d’ici. Nous avons été très bien accueillies. Les clients sont de tous les âges, même qu’à ma grande surprise, il y a beaucoup d’enfants. Nos plus gros vendeurs sont les poke bowls, les gens en raffolent.»

Ce qui est cool au Yuzu, c’est que le menu change avec les saisons. Ce qui fonctionne le moins est retiré à mesure. Comme là, le menu a reçu quelques nouveautés, car le resto se met en mode été. La tomate a fait son apparition comme nouvel aliment  (je les ai essayées et j’adore!). Elles sont également à l’écoute de la clientèle, les gens qui sont végétariens y trouvent également leur compte. « Nous avons des sushis sans viande parce que les gens nous en demandent de plus en plus, on apprend à bien servir les clients, ce qui est important pour nous.»

iiieii

Pourquoi avoir parti un Yuzu? «Un jour, un franchisé a fait un appel dans la région pour décoller une franchise. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de me lancer. Rendu à 45 ans, je me suis dit que c’était peut-être le moment de lancer ma propre affaire. Ma sœur a accepté de faire le saut avec moi.» Un pari risqué qu’elles ont réussi haut la main. « Se partir avec un franchisé, c’est beaucoup plus facile que de se partir seules, nous sommes toujours accompagnées, supportées. C’est eux qui nous disent quoi faire et comment le faire, autant pour les papiers gouvernementaux que pour les décors, les menus etc. Ils sont très réceptifs, joviaux, accueillants. On a jamais l’impression qu’on les dérange lorsqu’on les appelle, ils ont toujours le sourire. Le fait que ce soit une franchise québécoise a aussi pesé dans la balance».

DSC_0123

Le Yuzu des Boudreault a également un point de chute au IGA de Clermont. L’équipe prépare les sushis le matin et les livrent là-bas à tous les jours. Elles ont évolué rapidement. C’était peut-être un peu vite et elles ne se sentaient pas prêtes mais finalement elles l’étaient! «Nous avons saisi l’opportunité tout de suite lorsqu’elle s’est présentée». Je ne laisse rien passer me dit-elle en riant.

J’adore ma clientèle, nous avons nos routiniers. C’est le fun, je reconnais les visages, je connais leurs goûts. J’aime vraiment ça. Je suis fière de ma clientèle qui est surtout locale.

Cette dame de L’Isle-aux-Coudres a commencé dans la restauration à l’âge de 15 ans dans le restaurant de ses parents. Elle a toujours été dans ce domaine. Quelques fois, elle a bifurqué, mais elle est toujours revenue à sa base. « Moi faut que ça bouge, qu’il y ait de l’action. Je ne suis pas une fille de bureau. Être dans le jus, j’adore ça. Moi, quand ça fait la file jusqu’à la porte, j’aime ça, si tu m’amènes un autobus, je ne serai pas stressée du tout!» C’est sa première expérience en tant que propriétaire, mais ses emplois précédents où elle a eu des postes de gérance et de superviseure l’ont beaucoup aidée à prendre de l’expérience. Elle adore l’ouvrage, elle va travailler jusqu’à 100 ans si elle le peut! Mais bon rendu à 100 piges, réservez vos sushis d’avance parce que ça ne sera pas prêt dans la minute 😉

Pour le futur, elle est là pour rester. Un contrat de dix ans est en cours avec le resto du 825 Boulevard de Comporté à La Malbaie. Dans un court-moyen terme, elle aimerait prendre encore plus d’ampleur et en ouvrir un autre en ayant Baie-Saint-Paul dans son viseur.

Je suis heureuse dans ce que je fais, je suis dans mes pantoufles. Quand je rentre ici, je suis chez moi, j’aime ça et j’ai de très bons employés.