mon Baie-Saint-Paul Personnalité du jour

Léa Jarry, une fierté purement charlevoisienne.

thumbnail_2019-08-08%2007.27.10%201

Charlevoix est riche en personnalités de qualité, spécialement du côté des artistes; Baie-Saint-Paul en est un berceau. J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec une auteure-compositrice-interprète de notre Charlevoix-Ouest; Léa Jarry.

Depuis combien de temps fais-tu de la musique? «En fait, j’ai toujours fait de la musique même quand j’étais plus jeune. À cette époque-là, il n’y avait pas vraiment de cours de chant à Baie-Saint-Paul et c’est par moi-même que j’ai appris à pianoter et à chanter». Léa a 17 ans lorsqu’elle déménage à Montréal pour étudier en musique.

J’imagine que ce devait être un méchant dépaysement pour une p’tite fille de BSP de déménager à MTL? «C’est sûr qu’au départ ça a été une bonne adaptation, ça paraît niaiseux, mais je prenais le métro et chaque jour, je voyais jamais les mêmes personnes, je me disais: mon dieu y’a donc ben des gens, c’est des inconnus à l’infini! Tsé à Baie-Saint-Paul on se connaît, veux veux pas c’est toujours les mêmes personnes. Je trouvais ça intimidant, il n’y a avait pas de proximité entre les gens. On peut sortir la fille de la campagne, mais on ne peut pas sortir la campagne de la fille, j’ai besoin de retourner à Baie-Saint-Paul souvent pour me ressourcer. Sinon, on dirait que le stress de la ville s’empare de moi!»

68525172_2470939992944535_459562892241403904_n

Après avoir terminé son cégep, Léa commence à travailler dans différentes revues musicales et pendant une dizaine d’années elle sera engagée comme chanteuse et comme choriste un peu partout. Son talent pour la musique, elle le peaufine depuis qu’elle est toute petite.

Il était temps pour elle de sortir ses propres trucs, un premier EP qui comptabilise 4 chansons à saveur country-folk. Les gens lui disent parfois, qu’elle a mis longtemps avant de sortir ce premier opus. À cela elle répond qu’elle avait hâte, mais que c’est correct aussi d’attendre et d’apprendre son métier. Que c’est un gros move de faire le saut en tant qu’auteure-compositrice-interprète, et qu’elle avait besoin d’apprendre bien des affaires avant de sentir le temps de prendre sa place là-dedans. Perso, je trouve que c’est une façon mature de travailler. S’assurer que l’on a un produit de qualité entre les mains avant de s’ouvrir au monde, bravo.

Qu’est-ce que ça t’apporte d’être signée sur un label comme ça? «C’est drôle parce que le EP était presque terminé, j’étais prête à le sortir de façon indépendante, et il y a une maison de disque qui m’a découverte grâce à Instagram. Je reste auteure, mais eux vont s’occuper de toute la promotion, des spectacles, etc. J’ai maintenant un gérant qui m’aide pour ma carrière. Ça me donne aussi accès à des subventions, il y a beaucoup de frais reliés à l’enregistrement de la musique, le tracking radio, la promotion, les relations de presse, etc. Ils ont également une vision de ma carrière, j’en ai une aussi, mais je ne sais pas nécessairement comment m’y rendre, eux le savent ils sont habitués de vivre là-dedans. C’est un beau cadeau parce que c’est beaucoup de job, je dois porter beaucoup de chapeaux. La gestion en moins ça m’enlève un gros poids et je peu me concentrer sur ce que j’aime; la création.»

Celle qui a signé chez «RoseMarie Records» cette année, est vraiment contente de la réaction des gens face à sa musique, qui d’ailleurs est diffusée sur une 30aine de radios. Côté influences, elle aime beaucoup Kacy Musgraves et Carrie Underwood. Elle écoute beaucoup ce qui se fait à Nashville en ce moment: « il y a vraiment de beaux artistes».

Quel serait l’idéal de ta carrière? «Je visualise un succès, mais je ne le vois pas bien défini, je ne me dis pas : ah, je veux être une grande star internationale ou une grande star au Québec, ce n’est pas ça mon but. Mon but c’est de faire de la musique et de pouvoir présenter mes chansons aux gens le plus longtemps possible».

Cette jeune fille de 17 ans qui aura plié bagage pour partir comme une grande dans une grande ville a réalisé ses rêves et aujourd’hui vit de sa musique. Comme quoi il faut toujours réaliser ses rêves et ne jamais laisser tomber. Il suffit simplement de se sortir les pieds de la même bottine et de croire en soi. Bravo, Léa, tu es une belle fierté charlevoisienne et un exemple à suivre.

 

Texte: Jean Berg

Crédit photos: courtoisie de Léa Jarry

 

Envie de voir cette artiste live sur scène? Facile, elle est en show à l’Auberge des Balcons à Baie-Saint-Paul le  … octobre prochain!

Cliquez ICI pour les détails 😉

Pour vous procurer l’album: ICI

thumbnail_Léa%20Jarry_Entre%20Temps_3000x3000.jpeg