mon Baie-Saint-Paul Personnalité du jour

Annie Bouchard, un handicap visuel qui devient une force naturelle

DSC_0005

La force oui la force, ce n’est pas seulement Luke Skywalker qui la détient.

Dès son jeune âge, Annie Bouchard a des problèmes visuels. Dans la vingtaine, le diagnostic se confirme, elle a la rétinite pigmentaire inversée et la qualité de sa vision sera dégénérative. Pour les non-initiés; sa vision centrale est comme un tunnel noir et cela s’agrandit vers les côtés. Sa vision qui est floue se détériorera et avec les années elle ne verra plus du tout. Y a-t-il une solution? Non, il n’y a rien à faire, ni les lunettes ni les opérations n’y changeront quoi que ce soit.

La vie n’est pas toujours facile mais tu t’es relevé les manches. Tu as réalisé des défis malgré ton handicap; peux-tu nous en parler? «Ma vision a beaucoup forgé la personne que je suis aujourd’hui, surtout pour mon caractère fonceur. Côté amoureux, lorsque j’ai rencontré des conjoints, j’ai dû statuer au départ pour les rendre conscients de mon handicap.» Pour le travail, elle a de la chance dans sa malchance, elle souligne qu’au moins c’est à une époque où la technologie est bien avancée. Cela l’aide beaucoup dans son travail et dans sa vie de tous les jours.  Lorsqu’elle a eu à rencontrer son patron et qu’elle lui a exposé son problème, voici ce qu’il lui a dit: «Je ne viens pas te chercher pour ce que tu vois, mais pour ce que tu es». Ce qu’il lui dit après plusieurs années de service: «Annie, tu es celle qui voit le moins, mais tu es celle qui voit le mieux les choses». Comme quoi, elle a su relever les défis professionnels malgré les embûches que son incapacité pouvait lui apporter.

DSC_0002

Phase 2 de l’entrevue, phase 2 de ses défis; étant une fille sportive, au fil des années il y a des sports qu’elle ne peut plus faire et l’idée des parasports lui a été lancée. Ah, tiens donc… Décembre 2012 elle commence l’entraînement de haut niveau en para cyclisme! Elle voulait voir jusqu’où cela pouvait l’amener et avait le désir de relever le défi. Un défi avec un travail à temps plein et avec un entraînement six jours semaine… Moi dernièrement j’ai voulu en relever un, celui de prendre une marche tous les jours. Journées relevées sans failles: 2. Elle a donc débuté un entraînement intensif de niveau élite pendant quarante-neuf semaines sur un an. «Il faut augmenter notre puissance musculaire, le gainage, l’endurance».

« Représenter son pays ce n’est pas rien, c’est un entrainement de compétition. Nous sommes des athlètes avec un handicap»

Étant fan de sports, est-ce qu’il y en a un que tu n’as jamais pratiqué et que tu aimerais faire? Je reviens d’un camp d’entraînement à Hawaï et pour moi ça sonnait surf, donc j’ai suivi une formation là-bas et j’ai surfé sur la vague! nous dit-elle en riant. J’ai réussi à prendre la première vague, pour moi c’était important de réussir la première.

Ses objectifs: les Jeux de Tokyo et les Jeux para olympiques. Elle veut aussi voir du pays le plus possible, voyager et profiter des cultures là-bas, des odeurs. Elle n’est pas de type «resort» elle veut vivre ce que les locaux vivent.

Aurais-tu quelque chose à dire en terminant? « J’entends souvent: «je ne sais pas comment tu fais, je ne serais pas capable de vivre ainsi». Quand il nous arrive quelque chose, nous avons la force de passer au travers. Je suis une personne très positive, je ne pleurerai pas ma situation, cela m’a apporté beaucoup par rapport à ma vie».

Pas d’excuses, pas de limites. Quand tu as des excuses, tu te mets des limites.

DSC_0008