mon Village Paroles d'Harvey

L’immigration dans Charlevoix ? Qu’en est-il?

DSC_0090

 

PAROLES D’HARVEY

Les Français immigrants et autres francophones européens sont très nombreux et depuis très longtemps dans Charlevoix. Leur intégration est totale et la plupart des gens ne font plus la différence avec les autres Charlevoisiens. Eric, Alain, Sandrine, Jean-François, Christophe et autres sont partie intégrante de la communauté. Par contre, ça se passe un peu différemment pour les immigrants originaires d’Haïti, d’Afrique, d’Amérique Latine ou du Moyen Orient. Disons-le tout de suite, les Charlevoisiens ne sont pas racistes, ils sont accueillants et compatissants. A preuve, l’initiative de Baie-Saint-Paul pour l’accueil de réfugiés syriens. Je côtoie personnellement plusieurs immigrants particulièrement hispanophones (parlant français) ou en provenance du Maghreb qui sont musulmans. Je prends plaisir à utiliser mes quelques mots appris au cours de nombreux voyages au Maroc et en Tunisie. J’ai beaucoup d’amis maghrébins et jamais la religion a créé le moindre problème entre nous même si j’ai vécu parfois dans leurs maisons ou j’en suis venu à me sortir comme chez moi.

Ce qui m’attriste quand je me mets dans la peau des immigrants musulmans qui viennent ici pour améliorer leur vie et qui sont confrontés sur les réseaux sociaux à des commentaires qui vont de la xénophobie, l’intolérance, l’islamophobie (surtout) jusqu’au racisme. Ce sont des gens d’ici que souvent je connais ou qui sont des amis qui partagent des statuts contestables. Une bonne majorité s’associe au nationalisme québécois, ce qui personnellement m’inquiète un peu. Certains de ceux qui font ces commentaires antimusulmans sont des commerçants. Je ne demande ce qu’ils feront lorsque des musulmanes possiblement voilées se présenteront chez eux. Les personnes qui condamnent radicalement le voile pourront-elle parler ou interagir avec une femme voilée ?

En tant que société vieillissante en baisse démographique, avons-nous les moyens de se passer de main-d’œuvre spécialisée ? 50% des maisons de Charlevoix seront bientôt à vendre, faute d’occupant. L’immigration constitue une opportunité de refonder Charlevoix pour la première fois depuis la période historique débutée au 17esiècle. Passerons-nous à côté en laissant de côté notre réputation d’accueil légendaire? Si je me fie aux réseaux sociaux il y a péril en la demeure.