mon Village Paroles d'Harvey

« Le fleuve, Albertine, le fleuve! »

Championnat_Terrebonne_09_097

C’est ce que disait Jean-Louis Millette en regardant un tableau représentant le fleuve Saint‑Laurent à Trois-Pistoles dans le téléroman L’Héritage.

Tous les riverains du fleuve, de Québec à Blanc-Sablon et Gaspé, ont le cours d’eau dans le sang. Dans Charlevoix, dans les villages près du fleuve, de Saint-Siméon à Baie-Sainte-Catherine et Petite-Rivière-St-François, les jeunes à l’époque éclusaient la grève à la recherche des trésors de la mer. L’odeur d’iode ouvre un monde aujourd’hui plus propre, utilisé par des amants des vents salés.

À Baie-Sainte-Catherine, les capitaines de navires et de zodiacs sont des experts pour repérer les merveilleuses baleines qui portent presque toutes un nom. Ce sont des pros de l’estuaire qui font plaisir à des milliers de touristes.

À Saint-Siméon, près du camping et de la plage où s’amusent les enfants, le capitaine du traversier a traversé inlassablement le fleuve dans une belle croisière de 90 minutes. Aujourd’hui, il y a plus de prudence et on cesse les traversées lorsque le vent se lève.

Un autre ami du fleuve à Cap-à-l’Aigle est Sébastien Savard, et à Katabatik, peut-on être plus proche de l’eau salée que d’être assis au fond d’un kayak? Bien équipés, bien habillés, les excursions peuvent durer plusieurs jours et nous sommes parfois accompagnés de bélugas, l’animal totem de notre fleuve.

Pendant plusieurs années, de courageux hommes dans la force de l’âge, Pierre Tremblay, Germain Lavoie et Bernard Tremblay, utilisaient le vent pour survoler les flots sur leurs planches à voile.

Saint-Irénée nous permet un contact privilégié grâce à sa superbe plage. Ce genre de lieu magique réunit jeunes, vieux et familles dans une atmosphère d’air salin. Cap-aux-Oies est reconnu pour sa plage naturiste et ses marcheurs sur la voie ferrée qui tentent d’apercevoir les tout-nus.

Un peu plus loin se trouvent La Mecque du maritime avec le musée et, en hiver, les canots à glace, le kite surf de Catherine Dufour, les capitaines Desgagnés, Harvey et autres écumeurs du fleuve.

Vers Baie-Saint-Paul et Petite-Rivière-Sgt-François, on se rapproche de l’eau douce, mais ça reste encore résolument marin.

Tout ça démontre que nous sommes des gens du fleuve. L’odeur du varech dans notre nez nous rend heureux. Une poêlée d’éperlans réjouit nos papilles. Nous avons l’impression d’être frères et sœurs avec les baleines. L’eau est si froide qu’elle nous fait mal, et parfois nous nous y baignons quand même.

« Le fleuve, Albertine, le fleuve! » Béni sois-tu, beau Saint-Laurent. De la nature, tu es un roi. Tu es si beau et changeant, nous t’aimons. Charlevoix et toi ne faites qu’un.