Gens de chez-nous mon Petite-Rivière-Saint-François Nos Charlevoisiens

Charlevoix, le havre de repos de Guylaine Tremblay

Guylaine.3

Un texte de Marc Larouche

On la voit au cinéma, au théâtre et à la télévision. Depuis 20 ans, le public la choisit comme Artiste féminine préférée au Gala Artis. L’année 2017 n’a pas fait exception. Et vous savez quoi ? Guylaine Tremblay est née dans Charlevoix, y a passé sa tendre enfance et est loin d’avoir oublié son patelin!

C’est à Petite-Rivière-St-François que Guylaine Tremblay a vu le jour, le 9 octobre 1960. Son père, Raynald Tremblay, était navigateur, alors que sa mère, Aline Lavoie, était femme au foyer. Comme à l’époque il n’y avait pas de maternelle, Guylaine a fait sa première année à l’âge de 5 ans.

18902024_10154336946237282_2053156445_n

«J’ai plusieurs souvenirs de mon enfance qui fût très heureuse, mais ce qui me revient le plus, ce sont les pique-niques sur la grève, la messe, plus particulièrement celle de minuit, les parties de cartes avec ma famille, où j’écrivais les points», dit l’interprète du personnage vedette de Marie Lamontagne le téléroman dans Unité 9.

Elle et sa famille ont quitté Petite-Rivière-Saint-François en 1967 pour aller s’établir à Ville-Vanier, à Québec, puisque son père y avait obtenu un emploi comme contremaitre maritime.

18816349_10154336946232282_1778812136_n(avec son papa à Petite-Rivière-St-François)

Passionnée des gens

Après des études collégiales en éducation spécialisée au Cégep de Sainte-Foy, elle poursuit ses études au Conservatoire d’Art dramatique de Québec, d’où elle est diplômée en 1984. Guylaine sera comédienne.

«Ce métier me passionne parce qu’il me donne la possibilité de toucher les gens à travers les personnages que j’interprète», dit celle qui, métier oblige, habite maintenant Montréal, mais revient dans Charlevoix régulièrement.

Retour aux sources

«Mes parents ont encore une maison à Petite-Rivière. J’y reviens lors des fêtes de famille, des vacances. Je vais voir mes parents, mes oncles et mes tantes. J’y possède aussi un chalet. J’adore profiter du fleuve. Je marche, nous mangeons en famille chaque dimanche à l’Auberge La Courtepointe qui appartient à ma cousine par alliance, Isabelle. Je fais toujours une petite visite au cimetière de Petite-Rivière pour aller me recueillir sur mes chers disparus», dit-elle.

18816951_10154336946227282_2084496107_n

Pour Guylaine, Charlevoix représentera toujours son enfance.

«C’est un endroit de ressourcement, j’aime la beauté des paysages. Mon coin préféré est sans contredit la grève.»

Elle ne ferme pas la porte à un retour. «Je n’en ai aucune idée. On ne connaît pas l’avenir», dit la mère de deux enfants de 17 et 20 ans. «Pour eux, Charlevoix c’est le noyau familial : avec le temps des fêtes, la messe de minuit, ma grand-mère….»

Si vous croisez Guylaine dans les rues de Petite-Rivière-Saint-François, n’hésitez pas à lui piquer une petite jasette. Elle se fera un certainement un plaisir de jaser avec des gens de la place, sa place.

guylaine-tremblay